VIDEO. Les statues de la discorde

société
C’est l’histoire d’une jeunesse qui s’attaque aux symboles du passé pour changer le présent. Le combat d’une nouvelle génération qui dénonce le racisme et les discriminations comme héritage social de l’esclavage et de la colonisation. Ils déboulonnent les statues et les plaques de rue à la gloire du passé colonial de la France, pour appeler à la justice, à l’égalité et à la reconnaissance d’une histoire effacée. Face à eux, le vieux monde semble de marbre, sourd aux revendications. Chez les historiens, la question divise. Faut-il retirer des rues les symboles d’un passé que certains ne veulent plus voir ? Comment faire la lumière sur des pans douloureux de l’histoire sans pour autant rouvrir des blessures susceptibles de déchirer la société ?

lls déboulonnent les statues et les plaques de rues à la gloire de personnages coloniaux pour appeler à la justice, à l’égalité et à la reconnaissance d’une histoire effacée. Ce documentaire donne la parole à ceux qui s’attaquent aux symboles du passé pour changer le présent.  

C’est l’histoire d’une jeunesse qui s’attaque aux symboles du passé pour changer le présent. Le combat d’une nouvelle génération qui dénonce le racisme et les discriminations comme héritage social de l’esclavage et de la colonisation. Pour se faire entendre, ces militants déboulonnent les statues et les plaques de rue à la gloire du passé colonial de la France. C’est leur moyen d’action pour demander à ce que soit prise en compte l’histoire effacée.

Face à eux, le vieux monde semble de marbre, sourd aux revendications. Chez les historiens, la question divise. Faut-il retirer des rues les symboles d’un passé que certains ne veulent plus voir ? Comment faire la lumière sur des pans douloureux de l’histoire sans pour autant rouvrir des blessures susceptibles de déchirer la société ?

VIDEO. Les statues de la discorde
Le militant, Seumboy Vrainom, devant la statue du Maréchal Gallieni aux Invalides ©Beau comme une image

De la Martinique à La Réunion et de Paris à Saint-Ouen, Les Statues de la discorde explore ce débat contemporain aux multiples facettes, en donnant la parole à quelques-uns de ces activistes (Françoise Vergès de l'association "Décoloniser les arts", des membres du Komité Rényoné Panafrikin, Franco Lollia, porte-parole de la Brigade Anti-Négrophobie ou encore les militantes anticoloniale Josy Asani et Madly Etilé). Partons à la rencontre de ces militants et intellectuels qui luttent contre le racisme et entendent faire bouger la société.

Réalisation : Emile Rabaté
Production : Beau comme une image
Durée : 52 minutes - 2021