VIDEO. Wallis et Futuna, l'exil à fleur de peau

éducation wallis

Bon nombre de Wallisiens et Futuniens font le choix de s'exiler dans l'Hexagone pour s’engager dans l’armée, suivre des études ou encore percer dans le sport. Ce choix de partir aux antipodes est pour certains une bouée de sauvetage mais pour d’autres c’est un déchirement.

Wallis & Futuna - l'exil à fleur de peau
©What's Up production

Wallis et Futuna, à 22 000 kms de Paris est le territoire français qui connaît la plus forte expatriation en proportion de sa population. Cet exil dans l'Hexagone, loin du clan familial et de la pression coutumière est pour ces Wallisiens et Futuniens le risque de voir leur identité se diluer dans la France des antipodes. Comment arrivent-ils  à s’adapter, à contrer le mal du pays afin de conserver un peu d’Océanie dans leur vie quotidienne ? Comment cette diaspora méconnue et discrète vit-elle le paradoxe d'un exil dans son propre pays ? 

S'exiler pour s'engager dans l'armée

Le Aka du XV du Pacifique
Les militaires du XV du Pacifique interprètent leur "Toho te vaka" sur la place d'armes du 48è RT d'Agen. ©What's Up production

Pendant longtemps, l’armée a constitué l’unique débouché pour ces hommes aux physiques de collosses. Pour lutter contre le mal du pays et souder leurs hommes, l'adjudant-chef Alexandre et l'adjudant Moana, originaires de Wallis, ont crée une formation unique au monde "le XV du Pacifique" une équipe de rugby militaire constituée de joueurs originaires de Polynésie, Wallis et Futuna ou de Nouvelle-Calédonie. Leur histoire commune, celle de l'exil, est racontée dans leur chant de ralliement le Haka du XV du Pacifique, "Toho te vaka" ce qui signifie littéralement tire ta pirogue. 

S'exiler pour étudier

Wallis & Futuna - l'exil à fleur de peau
Falhé alterne études et tennis de table, les réseaux sociaux le sortent de sa solitude en Bretagne ©What's Up productions

Pour intégrer un sport-étude, Falhé, 12 ans, a accepté de s'exiler loin de sa famille. Cet exil douloureux mais nécessaire a été aussi le choix de Tuamanaia, première Wallisienne à intégrer Sciences-Po. Le choix de l'Hexagone est un sacrifice financier pour les familles mais aussi une grosse pression pour les enfants qui se sentent dans l'obligation de réussir. 

S'exiler pour travailler

Wallis & Futuna - l'exil à fleur de peau
Tameha est entrepreneur de pompes funèbres en Corrèze ©What's Up production

Taméha est maintenant complètement intégré. Sa vie est dans l'Hexagone. Pourtant, cela n'a pas été facile pour cet entrepeneur, sorti de la rue avec l'aide de la communauté Walllisienne. 

Production : What's Up production

Réalisation : Claire Perdrix

2020

Les Outre-mer en continu
Accéder au live