outre-mer
territoire

En visite en Nouvelle-Calédonie, le ministre de la Justice affiche les priorités

justice province sud
Jean-Jacques Urvoas : dépôt de gerbe au monument aux Morts
©NF
La répression des violences contre les gendarmes et les policiers ainsi que celle concernant l'alcoolisme et les stupéfiants doivent être des priorités du parquet de Nouvelle-Calédonie. C'est ce qu'a indiqué le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas en visite sur le caillou.
Le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, veut que la répression des violences contre les gendarmes et les policiers ainsi que celle concernant l'alcoolisme et les stupéfiants soient des priorités du parquet de Nouvelle-Calédonie, a-t-il indiqué vendredi 16 décembre.
 
"Il y a ici des spécificités qui appellent des réponses particulières", a déclaré le ministre, dénonçant des "agressions inqualifiables" à l'encontre "des personnes dépositaires de l'autorité publique, policiers et gendarmes, et aussi du personnel pénitentiaire".

Ci-dessous le reportage de Nouvelle-Calédonie 1ère :
©la1ere

Les événements de Saint-Louis

Les déclarations du garde des Sceaux interviennent alors que le week-end dernier à la tribu de St Louis en périphérie de Nouméa des gendarmes ont été la cible de tirs nourris d'armes de gros calibres alors qu'ils intervenaient pour faire cesser des jets de pierre et des entraves à la circulation. Une vingtaine de balles ont atteint les véhicules blindés des gendarmes, qui ont été amenés à riposter.
 
Le 30 octobre, toujours à St Louis, une dizaine de gendarmes ont été blessés lors d'émeutes survenues après la mort d'un jeune, tué par un gendarme alors qu'il fonçait sur un barrage au volant d'une camionnette.
 
57 gendarmes ont été blessés en Nouvelle-Calédonie depuis le début de l'année contre 35 en 2015 et 17 en 2014, selon des chiffres communiqués par les autorités.
 

Les stupéfiants

Jean-Jacques Urvoas a également estimé que la répression de la consommation de stupéfiants, notamment de cannabis, et l'abus d'alcool devaient être les priorités de la politique pénale dans l'archipel, qui va faire l'objet d'une circulaire.
 
"La seule ville de Nouméa est responsable de 20% des ivresses sur la voie publique de la totalité de la République française. Il y a donc quelque chose qui est totalement anormal", a déclaré le ministre, à l'issue d'une matinée de rencontres avec les acteurs du palais de Justice.
 
Alexis Bouroz, procureur de la République, a de son côté souligné qu'en Nouvelle- Calédonie, "les agressions et les violences étaient toujours commises sous l'emprise d'une addiction quelconque (...) alcool ou cannabis". Jean-Jacques Urvoas est en Nouvelle-Calédonie jusqu'au 20 décembre. Il visitera samedi la prison de l'île.
Publicité