publicité

Vol au-dessus des stocks asiatiques de nickel. Shangai met la pression sur Nouméa

Les métaux de base sont poussés vers le bas, les stocks asiatiques de nickel remontent. La banque d’investissement australienne Macquarie revoit ses prévisions à la baisse. L'industrie et les mines calédoniennes en dépendent.

Bourse des métaux de Londres. Séance de cotation des cours du nickel au LME © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Bourse des métaux de Londres. Séance de cotation des cours du nickel au LME
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le

Le LME déprime

Il aura suffi que la Banque du Japon ne renforce pas ses mesures de soutien à l’économie pour inquiéter encore plus les traders et analystes de la City de Londres. Les métaux de base ont donc logiquement poursuivi leur repli sur le London Metal Exchange, malgré la sortie de 2 334 tonnes de nickel des entrepôts européens du LME. La montée des inquiétudes est liée à l'offre nouvelle apparue dans les entrepôts asiatiques. Des volumes qui ont dominé les deux dernières séances du LME. Plus d’offres et une demande stable ont fait baisser le prix du nickel.

L’Asie surprend

Les stocks asiatiques de nickel, sans la Chine, ont augmenté de 11 298 tonnes souligne le quotidien d’information financière FastMarket qui poursuit : « il y a désormais 434 000 tonnes de nickel disponibles dans le monde, avec des transferts spéculatifs importants entre les entrepôts de Johor en Malaise et de Kaohsiung à Taiwan. »


La Chine en rajoute

Pour ne rien arranger, la Bourse de Shangai (ShFe) a soudainement relevé ses stocks de métal de 32 000 tonnes, intégrant trois nouveaux entrepôts dans ses statistiques, China Shipping Logistics, Shangai Tianmahang et Ningbo Free Trade Zone Gaoxing. En tout, 394 000 lots de cathodes ou plaques de nickel pur seraient disponibles dans ces trois entrepôts. Le marché londonien a donc répercuté à la baisse  « ces actions agressives sur les prix soumis à une offre supplémentaire » conclut FastMarket

L’Australie constate

Le principal résultat de ce gonflement des stocks mondiaux est d’avoir stoppé le récent « rallye haussier du nickel. » En conséquence, la banque australienne Macquarie annonce qu’elle revoit à la baisse ses prévisions de prix pour 2016. Pour le principal établissement financier du secteur minier australien, le cours moyen du nickel cette année serait désormais de 9 913 dollars la tonne seulement. Seule consolation, mais bien mince pour les mineurs et industriels calédoniens, les prix ne devraient pas baisser sous leur cours actuel de 8 590 dollars la tonne. It's a wild world...

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play