Wallis et Futuna: Mika Kulimoetoke réélu Président de l'Assemblée Territoriale

politique
Mika Kulimoetoke
Au premier plan le Président Mika Kulimoetoke aux côtés du Préfet, de Monseigneur de Rasilly et du Secrétaire général. Devant, la grande Chefferie.
Mika Kulimoetoke succède à lui-même à la Présidence de l'Assemblée Territoriale de Wallis et Futuna. Il a été reconduit sans coup férir par 13 voix contre 7 à son adversaire de l'opposition le Futunien Patrick Baudry.
L'ancien bureau est aussi reconduit dans sa totalité. Le choix de la continuité.

Mika Kulimoetoke a été porté pour la deuxième année consécutive à la tête de l'exécutif territorial. Une continuité qui doit être soulignée. Depuis 2012, en 3 ans, l'Assemblée Territoriale avait connu 5 Présidents: nouveaux élus qui font basculer une majorité, scission et nouveaux équilibres au sein d'une ex majorité, élection de la doyenne d'âge faute d'une entente entre deux blocs antagonistes.

 

Un mandat du bureau trop court

Pour le Président réélu il faut revoir la durée du mandat du bureau et de son Président. Chaque année il est soumis au vote. Une source de déséquilibre statutaire -qui date du Statut de 1961- qui ne correspond plus à l'évolution du Territoire. "On aspirera à modifier positivement cette durée de mandat d'un bureau (NDLR: un an maximum) pour pouvoir logiquement travailler les dossiers en continuité pour les faire aboutir convenablement selon les attentes du Territoire et de la population" confie devant notre caméra  Mika Kulimoetoke quelques minutes après son élection.
Le nouveau bureau reste constitué du même vice-Président Sosefo Makutu, de la même première secrétaire Yanick Feleu et du même deuxième secrétaire Petelo Falelavaki.
Leur mandat s'achèvera à la dernière session de 2016. S'ouvrira alors les choix pour 2017. L'année de tous les dangers... politiques. Ce sera l'année du renouvellement de l'Assemblée Territoriale après un mandat de 5 ans. Ce sera aussi l'année de la Présidentielle et immédiatement après celle des élections législatives.
Il est aujourd'hui très hasardeux de faire des projections sur les recompositions politiques éventuelles. En attendant, la tâche qui s'annonce est d'ampleur.

2016, une année charnière

Dans leur allocution, prononcée avant l'ouverture officielle de la session le Président de l'Assemblée et le Préfet ont répertorié tous les "chantiers" qui font de cette année 2016 une année charnière. 
Pour ne citer que quelques uns de la trentaine de dossiers retenus à l'ordre du jour -et de la quinzaine actuellement en cours- les enjeux sont clairement mis en lumière: Le GSM -qui est lancé officiellement demain mardi 22 décembre au matin- et surtout le câble "qui multipliera par 1000 le débit des connections" souligne le Préfet. Sur ce dossier il insiste sur la solidarité nationale et celle de l'Europe: "Pour gagner, il faut être rassemblés dans le respect du rôle de chacun".

Le dossier Santé aussi a progressé en 2015 et est en bonne voie en 2016: Mika Kulimoetoke revient sur ce point qui a longtemps été une épine douloureuse dans la relation avec la Nouvelle Calédonie :"la poursuite du dossier du règlement de la dette de l'Agence de Santé. Une Convention de financement avec l'AFD a été signée à l'occasion du dernier Conseil d'administration. Le règlement sera opéré dans des délais très proches".  Et d'ajouter le rapprochement en discussion avec le CHT de Nouméa et l'établissement à venir d'un "parcours de l'évacué sanitaire" notamment vers l'extérieur du Territoire.
Le Président rend hommage -ce qui n'est pas si courant- à "l'architecte du redressement" de l'Agence de Santé, son Directeur. Il associe les deux Parlementaires.
Ces deux élus seront aussi mis à l'honneur dans le dossier de la baisse des tarifs de l'électricité. Le dispositif de la "péréquation" aboutira à terme à avoir des tarifs à Wallis et Futuna au même niveau qu'en métropole. Autrement dit, de diviser la facture par 6!


Réformer le régime des retraites 

Le Président évoque aussi l'un des dossiers qui doit faire l'objet d'une décision... et d'un débat. Celui des retraites. Il énumère une série de mesures déjà prises et d'autres en partie engagées. Mais note, avec lucidité "je signale que ces mesures ne seront pas suffisantes à elles seules. Il faudra s'intéresser de près aux causes réelles du déséquilibre de la Caisse de retraite. La Commission des a sociales poursuivra dès le début de l'année l'instruction de ce dossier très important". Un autre déficit que va devoir traiter la nouvelle Assemblée est celui des Internats de Lano et de Sofala.

Une présence forte à l'international

Dans le domaine international, le Président redit l'importance pour Wallis et Futuna d'affirmer sa présence pour les enjeux de la consultation de 2018 en Nouvelle Calédonie sur l'avenir institutionnel: "il me semble fondamental que nous puissions être présents dans les cercles de discussions de ce projet même si nous ne sommes pas signataires de l'Accord de Nouméa.parce que nous avons une Communauté importante qui y vit". 
Il évoque également l'accord tripartite à venir entre les trois assemblées et collectivités françaises du Pacifique. Il révèle qu'il s'est entretenu à Paris avec les Présidents du Congrès de la  Nouvelle Calédonie et de l'Assemblée Polynésie et "qu'il reste à convenir d'une date, dans le premier semestre 2016".
Dossier après dossier, l'ouvrage à accomplir apparaît un peu comme les 12 travaux d'Hercule... Un travail énorme. La continuité politique est un atout pour accomplir la tâche. Le Budget Primitif (et la Décision Modificative sur les crédits) donneront une idée de la "marge de manoeuvre" pour les mois à venir.

En milieu d'après-midi l'Assemblée a commencé à aborder l'ordre du jour "copieux"; GSM, câble, taxes supplémentaires pour faire rentrer de l'argent dans les caisses; le contrat avec Air Calin et les retraites.
Une séance qui s'est prolongée dans la soirée. Nous y reviendrons demain dans nos éditions télé, radio... et bien sûr sur ce site web!

























Les Outre-mer en continu
Accéder au live