publicité

Exploitation des Bio-ressources : des propositions pour Wallis et Futuna

L’Etat va encourager l’exploitation des bio-ressources pour réduire la dépendance du territoire vis-à-vis du monde extérieur. Emmanuel Macron l'a annoncé ce jeudi 28 juin 2018, lors de la présentation du livre Bleu Outremer. A Wallis, les idées ne manquent pas. 

© https://openagenda.com/salon-international-de-lagriculture-2018/events/bioressources-et-produits-biosources-du-quotidien
© https://openagenda.com/salon-international-de-lagriculture-2018/events/bioressources-et-produits-biosources-du-quotidien
  • WF la 1ere
  • Publié le
La convention sur la biodiversité de Rio en 1992, définit ainsi une ressource biologique :

il s’agit de toute matière d'origine végétale, animale, ou microbienne qui peut être utile à l’homme.  

Développer la production locale pour réduire les importations


A Wallis et Futuna, les bio-ressources marines et terrestres sont la clé d’un développement économique durable. Tuimata’utu Atelea Vaitootai est chef coutumier, élu territorial, il préside la commission de l'agriculture, de la pêche et de l'élevage. Il appuie les propos du chef de l’Etat. Il est important de réduire les importations  car à l’heure actuelle, Wallis et futuna  dépend à plus de 90% des produits importés. Et l’une des solutions pour Tuimata’utu, c’est l'agriculture bio : 

Il y a un dispositif au niveau de l’assemblée territoriale comme une surtaxe, ils appellent ça taxe conjoncturelle c’est pour réguler les produits importés. Mais il faut aussi qu’on essaie de réduire l’importation. On peut produire des fruits ici. On peut transformer les légumes. On peut faire du miel.. Tout est possible ici!

 

Exploiter les déchets pour produire de l'énergie


Taifisi Folitu'u partage l'avis de Tuimata'utu. Le propriétaire de l’unique scierie du territoire depuis 8 ans a longtemps réfléchi sur un projet de biomasse : utiliser les déchets verts pour en faire de l’énergie. Il explique son idée : 

Dans notre scierie, quand on coupe 1 mètre cube dans la forêt on n'utilise que 50% donc ce qui reste va pourrir. On avait pensé à utiliser ces déchets dans un projet de biomasse adapté. On ne peut pas non plus couper tous les arbres pour ce projet, mais Si on arrive déjà à produire 10 à 20 % de l'électricité, ce serait l’idéal 


Des projets prometteurs certes, encore faut-il qu’il y ait une réelle volonté de la part des autorités. C’est en tous cas ce qu’affirment Taifisi et Tuimata’utu. L’état de son côté s’engage à accompagner le territoire pour exploiter ses bio ressources.

Voici le reportage complet de Lotana Moefana et Sofia Hoatau :
BIORESSOURCE


 

Sur le même thème

  • écologie

    Environnement : faire le bon tri sélectif

    Les jeunes du groupe Mariapoli de Wallis luttent pour la propreté et la sauvegarde de l'environnement. Ils se sont retrouvés chez une des membres du groupe, à Falaleu, afin de trier "comme il faut" les ordures qu'ils avaient amassés

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play