outre-mer
territoire

Yola Minatchy, avocate à Bruxelles "il aurait fallu renforcer les mesures de sécurité"

terrorisme
zaventem
L'aéroport de Zaventem à Bruxelles ©PATRIK STOLLARZ / AFP
Avocate en droit internationale, auteure d'un livre sur le Vivre ensemble, la Réunionnaise Yola Minatchy était à l'aéroport de Zaventem quelques heures avant les attentats. Elle pointe du doigt l'absence de contrôles de sécurité dans des lieux stratégiques de la capitale.
Yola Minachy est avocate au barreau de Bruxelles. Cette Réunionnaise, présidente du Réseau talents d'Outre-mer a pris l'avion ce mardi matin, depuis l'aéroport de Bruxelles-Zaventem, quelques heures avant les attentats qui ont fait au moins onze morts sur place. Contactée par mail, elle assure n'avoir vu aucun contrôle dans le hall de l'aéroport.
 

"Je n'ai pas vu de policiers dans le hall de l'aéroport"

"Les contrôles de police étaient déployés à grande échelle dans les gares belges depuis l'attentat de Paris. A Zaventem, ce n'était pas le cas, note l'avocate. Il est très aisé d'accéder au hall d'entrée de l'aéroport sans aucun contrôle. Je n'y ai pas vu de policiers quelques heures avant le drame", ajoute-t-elle.
  
Depuis les Etats-Unis où elle vient d'arriver, l'avocate raconte avoir tout d'abord pris soin d'appeler ses proches pour s'assurer qu'ils étaient en bonne santé. Et elle tient à assurer "toute [sa ] solidarité aux familles des victimes. "
 

"Nous pouvions supposer des répercussions dès l'arrestation de Salah Abdelslam"

Ces attentats étaient-ils prévisibles ? Pour l'avocate, ils ne constituent pas une surprise en soi. "Dans le milieu de la Justice, nous pouvions présupposer des répercussions dès l'arrestation de Salah Abdeslam. Il semblait exister en toile de fond une sorte d'accord tacite de longue date: pas d'arrestations de terroristes en Belgique, pas d'attentats de ce type d'ampleur sur le sol belge, raconte Yola Minatchy. Pourtant, dès lors que Abdeslam a été arrêté, il aurait fallu renforcer avec plus d'acuité les mesures de sécurité".
 
La sécurité, c'est ce qui a fait cruellement défaut dans la capitale belge estime la Réunionnaise qui cite de nombreux lieux pouvant être potentiellement ciblés: "les centre commerciaux, les écoles les gares, le métro, les aéroports..."
 

Investir dans l'éducation

Auteure d'un livre intitulé Vivre ensemble en Belgique, publié en 2007, Yola Minatchy déplore que le débat autour de l'intégration et le communautarisme ne soit pas "plus au cœur des préoccupations collectives". "La paix ne pourra advenir sans la justice ni une  forme de pardon. D’où l'urgence d'investir encore dans l'éducation et la sensibilisation des jeunes".
Publicité