De gendarme d'élite à comédien, un ancien du GIGN se raconte

Après quinze années au sein du groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), Philippe B. devient Aton et s'oriente vers une carrière bien différente, celle d'acteur. Retour sur son parcours.

© Instagram Aton
© Instagram Aton
  • Par Annaïg Morazé
  • Publié le , mis à jour le

Le 26 décembre 1994, Aton est témoin d’un événement qui déterminera son avenir. Alors âgé de 16 ans, il assiste devant la télévision à l’assaut du GIGN qui tente de déjouer la prise d’otages de Marignane. Aton le sait, il fera un jour partie de cette unité d’élite.

À lire aussi : Bientôt une patrouille équestre à Miquelon-Langlade

Plus jeune, certains camarades ne sont pas tendres avec lui ce qui pousse son père à l’inscrire à des cours de karaté. Il apprend à se défendre mais deviendra à son tour la terreur des cours d’école.

"Ça m’a même amené à être viré d’un lycée parce que j’avais défenestré un élève […] Malheureusement c’était presque la seule chose qui faisait qu’on me respectait"

Aton

 

Après une prise de conscience, Aton n’aura qu’un objectif entrer au GIGN et il fera tout pour y arriver.

Le parcours du combattant

 

Il passe deux années dans la garde nationale mobile à Versailles puis s’essaye aux tests d’entrée du groupe d’intervention et sera reçu du premier coup. Il lui faudra alors résister aux trois mois de formation et notamment au coxage, un exercice de simulation de capture.

On va vous éprouver pendant ces trois mois. On va jouer sur le mental, on va cumuler les activités physiques très difficiles et puis on va jouer sur le sommeil. Alors on va dormir à peu près quatre à cinq heures par semaine.

Aton

 

Il sera chuteur opérationnel, instructeur de sport de combat, tireur d’élite, spécialiste explosif et sera déployé au Kosovo, en Iraq, en Guinée Conakry, en Jordanie et en Libye.

Attaque sur le sol français

 

Lors de l’attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015, Aton et son équipe sont sur le terrain afin de neutraliser les deux terroristes responsables de la tuerie.

On avait la haine déjà du terrorisme, mais quand même une haine assez prononcée des frères Kouachi qui avaient tué Charlie Hebdo, notamment Cabu […] donc il y avait tout un symbole.

Aton

 

Aton envisage la mort ou la blessure mais se sent investi d’une mission, celle de protéger la France du terrorisme, ce que lui et ses collègues feront ce jour-là.

Une vie après le combat

 

Son histoire il la raconte dans un livre autobiographique intitulé GIGN : confessions d'un OPS paru aux éditions Nimrod.

Avant de consacrer sa vie à la protection des autres, il se voyait devenir acteur. C'est ce qu'il fait après avoir quitté le G.I.G.N. On le retrouve notamment dans la série de Ziad Doueiri Dérapages aux côtés d’Alex Lutz et Eric Cantona.

Il vient de publier un second ouvrage intitulé Féral : Cette force qui existe en nous. 

Aton raconte son histoire dans l'Equipe 1ère : 

 

présenté par
vos programmes tv