Sept ans après le suicide de sa fille, Nora Fraisse poursuit sa lutte contre le harcèlement scolaire

Ce jeudi 5 novembre est consacré à la première journée mondiale de lutte contre le harcèlement à l'école. L'occasion de revenir sur le passage dans L'Equipe 1ère de Nora Fraisse, dont la fille Marion s'était donnée la mort après des mois de harcèlement subi en milieu scolaire.

© Yann Le Pape
© Yann Le Pape
  • Par Mehdi Elghazouani
  • Publié le , mis à jour le
En France, un enfant sur dix serait victime de harcèlement en milieu scolaire. Phénomène constaté particulièrement à la fin de l'école primaire et au collège, le harcèlement ne se limite plus aux enceintes des établissements mais se transpose désormais jusque sur les réseaux sociaux.

À lire aussi : Le harcèlement scolaire, c'est quoi ?

Afin de lutter contre ce fléau de plus en plus préoccupant, le 5 novembre a été décrété journée mondiale de lutte contre le harcèlement scolaire.
 

Le combat d'une mère contre le harcèlement


Le 13 février 2013, Marion Fraisse, 13 ans, se donnait la mort par pendaison à son domicile. À ses côtés, la jeune fille avait laissé une lettre qui expliquait son geste, affirmant ne plus supporter les insultes et agressions physiques de ses camarades.

Depuis ce drame, sa mère Nora Fraisse a fait de la lutte contre le harcèlement le combat d'une vie. À travers son association Marion la main tendue, la mère de trois enfants intervient dans des conférences menées auprès des communautés éducatives afin d'éduquer et de sensibiliser sur le sujet.

L'histoire de sa fille Marion, Nora Fraisse l'a également racontée dans le livre Marion, 13 ans pour toujours, traduit dans plusieurs langues et adapté en téléfilm (avec Julie Gayet, disponible sur France.tv).
 

Nora Fraisse : "le harcèlement n'est pas une fatalité"

 

 
présenté par