Le préfet à la rencontre des étudiants placés en quatorzaine à Saint-Pierre

préfecture
thierry devimeux visite etudiants quatorzaine
©SPM la 1ère
Ce mardi 19 mai, Thierry Devimeux s'est rendu dans l'hôtel de Saint-Pierre où 29 étudiants sont placés en quatorzaine stricte depuis plus d'une semaine. Ces derniers disent subir une "pression psychologique insupportable". Le préfet de l'archipel a dénoncé l'effet de la rumeur.
Après une première semaine de quatorzaine, la pression est toujours aussi forte pour les 29 étudiants de l'archipel résidant à l'hôtel Robert.

Si certains dénoncent des mesures trop strictes, la plupart se sentent surtout stigmatisés et pointés du doigt par la population, notamment par le biais des réseaux sociaux. Ils disent par ailleurs respecter toutes les mesures et les gestes barrières.
 

“On a le droit de prendre l’air, on n'est pas inconscients”


Ce mardi 19 mai, le préfet de l'archipel est venu à la rencontre de ces étudiants pour parler de leurs préoccupations et vérifier le bon fonctionnement du dispositif mis en place par ses services. Thierry Devimeux en a aussi profité pour stopper la rumeur selon laquelle certains se seraient échappés de l'hôtel le week-end dernier.

Le reportage de Karim Baïla et Inès Pons-Texeira.
©saintpierremiquelon


"Des rumeurs idiotes "

 

Invité sur le plateau du journal télévisé de 20h, le préfet de l'archipel a d'abord défendu ce dispositif de quatorzaine qu'il ne juge "pas trop strict", avant de pointer du doigt les réactions observées ces derniers jours sur les réseaux sociaux.
 

“Avant d’écrire sur Facebook, on tourne son doigt sept fois sur l’écran” - Thierry Devimeux, préfet de Saint-Pierre et Miquelon 


Si des enquêtes sont effectivement en cours à l'encontre de "ceux qui ont triché", elles ne viseraient pas les étudiants de l'hôtel Robert.

Sans mâcher ses mots, Thierry Devimeux a condamné “les rumeurs idiotes qui sont diffusées sans que personne ne contrôle rien". Selon lui, cela "tue l’archipel" et "pervertit les relations entre les gens".
 

Un seul test en sortie de quatorzaine


Le préfet de Saint-Pierre et Miquelon a également confirmé qu'il n'y aurait désormais plus qu'un seul test PCR pratiqué sur l'archipel en sortie de quatorzaine, contre deux jusqu'alors.

Thierry Devimeux dit avoir voulu "devancer le décret d’application" qui sera bientôt publié pour modifier le cadre des quatorzaines.

Ce dernier devrait comprendre un contrôle du juge des libertés et la possibilité de choisir son lieu d'isolement, dans un site dédié ou à son domicile sous réserve d'acceptation des autorités, ce qui était déjà le cas sur le territoire.

Il devrait surtout imposer une durée de confinement qui ne pourra excéder 14 jours. Jusque là, les personnes en quatorzaine devaient plutôt attendre 18 jours en raison des délais nécessaires pour acheminer deux tests vers les laboratoires d'Halifax. 

Le préfet de Saint-Pierre et Miquelon répondait aux questions de Claire Arrossaména dans le journal de ce mardi 19 mai que vous pouvez retrouver en intégralité ci-dessous.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live