L'entreprise Pêcheurs du Nord absorbe les quatre filiales du pôle pêche de Miquelon

pêche miquelon-langlade
Pêcheurs du nord absorbe les quatre filiales du pôle pêche de Miquelon
Le Cap Jean, navire de l'entreprise "Pêcheurs du nord" ©Raphaëlle Chabran
Une seule entreprise viendra remplacer les cinq entités du pôle de pêche industrielle de Saint-Pierre et Miquelon. La société Pêcheurs du Nord fusionne avec les filiales EDC, SNPM, Pêcheries Paturel et French Shore. La direction du groupe vise une simplification administrative et financière. 
Clap de fin pour EDC, SNPM, Pêcheries Paturel et French Shore. Les quatre entreprises du pôle pêche de Miquelon ont été dissoutes le mois dernier. Pêcheurs du Nord va absorber ces entités en janvier 2021, afin de simplifier la gestion administrative, selon la direction.
 

" C'est une reprise intégrale du patrimoine. "

Bruno Detcheverry, directeur administratif et financier de "Pêcheurs du Nord"

 

Rassurer les salariés et les fournisseurs


Les contrats de travail, les acquis sociaux et l'ancienneté des salariés seront repris assure Bruno Detcheverry. Et pour ce qui concerne les fournisseurs, le directeur administratif et financier de Pêcheurs du Nord ajoute : "toutes les "créances entreprises" seront reprises par l'entité qui absorbe les différentes filiales".

À lire aussi : Plongée dans l’industrie du concombre de mer

Pour rassurer les salariés, une rencontre était organisée mercredi 2 décembre 2020 à Miquelon. Selon la direction, l’avenir des usines de Saint-Pierre et de Miquelon n’est pas menacé. Au terme de l'opération de fusion, les responsables du groupe espère les rendre complémentaires.
 

Dynamiser avec du nouveau matériel


Pêcheurs du nord cible désormais le marché le plus rentable pour les pêcheurs de l'archipel : celui du concombre de mer. L'installation d'une chaîne de cuisson doit permettre de dégager davantage de valeurs ajoutée, et donner un nouveau souffle à l'entreprise. le groupe doit faire face à l'abandon de son activité expérimentale d'élevage de coquilles Saint Jacques, jugée non rentable, et à la raréfaction de la morue dans cette zone de l'Atlantique.

L'un des chalutiers du groupe démarre d'ailleurs sa saison de pêche hauturière. Après un détour à Miquelon pour faire sa glace, le batiment est parti ce jeudi, pour une première marée consacrée au rouget.

Le reportage de Raphaëlle Chabran et Jérôme Anger.