A La Réunion, le secteur du bâtiment subit la flambée des prix des matériaux

transports
Matériaux de construction au Port métal
Matériaux de construction au Port ©Willy Fontaine
Les matériaux coûtent de plus en plus chers et leur acheminement à La Réunion est ralenti par les difficultés du fret maritime. Le secteur du bâtiment est lourdement affecté à La Réunion.

Les prix des matériaux flambent dans le monde et à La Réunion. Pour les particuliers qui construisent actuellement une maison, les factures s’alourdissent.

"Au niveau de la métallerie, les prix augmentent", déplore Cliff Papaya, constructeur de maisons individuelles. Il devra rogner sur ses marges. En répercutant en partie les hausses lors des prochains devis, il craint de perdre ses clients.

Une rareté des matériaux qui fait flamber les prix

Chiffres à l’appui, la Fédération Réunionnaise du Bâtiment et des Travaux Publics, confirme cette flambée des prix. "Les matériaux deviennent rares et leurs prix augmentent, explique Anthony Lebon, le président de la FRBTP. Par exemple, les prix des composants et matériaux électriques augmentent de 58% sur un an, + 30% sur le bois, +20% sur les poutrelles".

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Constructions : les prix toujours plus volatiles

L’après Covid

Après la crise du Covid, les constructions ont repris de plus belle provoquant une hausse de la demande. Les matériaux sont alors devenus rares et leurs prix ont flambé. Ces difficultés d’approvisionnement sont mondiales, mais à La Réunion la situation est encore plus compliquée.

Les difficultés du fret et de l’acheminement

Le fret maritime est désorganisé, les conteneurs manquent pour acheminer ces matériaux lorsqu’ils sont disponibles. "Le temps d’acheminent à La Réunion est passé de 21 jours il y a deux ans à 30 à 50 jours aujourd’hui", assure Radja Mardaye, secrétaire général du pôle professionnel du groupe Ravate.

Au niveau local, d’autres paramètres compliquent encore la donne de l’approvisionnement, comme le temps de traitement des navires qui préfèrent finalement décharger ailleurs.

Ravate Pro au Port ciments
Matériaux de construction au Port ©Willy Fontaine

Des hausses pas toujours répercutées

De son côté, l’un des plus gros importateurs de l’île affirme n’avoir pas répercuté l’ensemble des hausses de prix subies. "Nous avions un peu de stock au départ, nous avons importé à prix haut, donc nous avions un prix moyen de vente qui compensait l’augmentation, affirme Radja Mardaye, secrétaire général du pôle professionnel du groupe Ravate. Jusqu’ici, les hausses sont que de 25 ou 30 %, mais elles auraient dû être plus importantes".

Encore des hausses de prix à venir avec la guerre

"La tonne d’acier est passée de 500 euros à 1000 euros et c’était avant la crise ukrainienne", explique Radja Mardaye. Dans trois à six mois, les effets du conflit entre la Russie et l’Ukraine viendront encore compliquer la situation et impacter davantage le secteur du BTP à La Réunion.

Ces pays sont de gros exportateurs d’aciers et d’aluminium. "L’offre va se réduire, la demande restera la même donc les prix augmenteront encore", prévient Radja Mardaye. De quoi réduire à néant le rêve de certains Réunionnais de devenir propriétaires.