réunion
info locale

Assises : les victimes de Joseph Viscaino revivent l'horreur du 23 juin 2013

justice
20160203 Assises 3
©Philippe Hoareau (Réunion1ere)
L'ex-compagne et l'ex-belle-fille de Joseph Vizcaino racontent leur calvaire face à l'accusé. Le 23 juin 2013 en début de nuit, il fait irruption dans la case de la fille de sa compagne, sabre en main. Sans dire un mot, il frappe et frappe encore...
Les victimes de Joseph Vizcaino sont toujours vivantes et peuvent raconter le soir d'horreur du 23 Juin 2013.
Il est un peu plus de 19 heures, l'ex-belle-fille de l'accusé est assises dans son canapé. Elle regarde les actualités quand elle sent un choc sur son crâne. Elle ne comprend pas immédiatement que Joseph Vizcaino, 48 ans, vient de lui asséner un coup de sabre. Un second choc ! Elle se retourne et le découvre l'arme en main...
La mère et ex-compagne du quadragénaire entre dans le salon et découvre cette scène improbable.
Interdite, elle n'esquisse pas le moindre de geste en voyant le prévenu s'approcher. Il l'a saisi par le col, la soulève de terre et l'égorge avant de la relâcher.
Effrayée, en pleurs, la fille de la victime se jette sur sa mère pour la protéger. Un, deux trois coups s'abattent encore sur elle, puis rien...
 
Trois ans après, elles revivent la tragédie
 
Gravement touchée, elle parvient à se lever. Elle se dirige vers la cuisine. Joseph Viscaino n'est pas encore parti. En la voyant, il brise la vitre et rentre à nouveau dans la petite maison avec la ferme intention d'en finir... Les yeux rougis par la haine, il avance vers elle le sabre menaçant. Pris de panique, elle quitte les lieux et se réfugie chez un voisin... A ce moment là, elle st persuadée que sa mère est morte. 
A la barre, trois ans après les faits, des sanglots dans la voix, elle s'excuse auprès de sa mère d'avoir pris la fuite.
Pourtant, si les deux femmes sont toujours vivantes, c'est sûrement dû au courage dont elle a fait preuve...
Les experts psychiatres se sont succédé à la barre pour tenté d'expliquer les raisons du passage à l'acte de Joseph Vizcaino.
 
Jaloux de sa femme objet
 
Tout dérape après une sortie en boîte de nuit. Ce soir là, la compagne de l'accusé refuse de participer à un plan à trois avec un homme dans les bras duquel vient de la pousser le prévenu.
Le couple pratiquait l'échangisme en métropole.
Contre toute attente, Vizcaino ne supporte pas de la voir embrasser cet inconnu.
Le couple implose. Lasse des scènes de jalousie du prévenu, la compagne décide de se réfugier chez sa fille à Sainte-Marie...
Les deux victimes, toujours vivantes, sont venues témoigner de l'horreur qu'elles ont vécu. Elles ne veulent pas entendre d'excuses, ni de regrets. En 2016, leur quotidien est marqué par cette terrible soirée de Juin 2013.
Mis en examen pour tentatives d'assassinat et de meurtre, Joseph Vizcaino encourt la réclusion criminelle à perpétuité.