Coronavirus : certaines mesures de confinement et restrictions prolongées jusqu'au 30 avril

coronavirus
Conférence de presse du 15/04/2020
©Laurent Figon
Alors que le Président de la République a annoncé lundi soir, aux Français la prolongation du confinement au 11 mai, le préfet a décidé de reconduire certains arrêtés limitant la propagation du virus jusqu'au 30 avril prochain. Dirigeons-nous donc vers un déconfinement avant le 11 mai ?
La Réunion profite, ces derniers jours, d'une baisse significative de cas avérés de coronavirus sur son territoire. Hier, aucun nouveau cas positif n'a été recensé dans le département. Le nombre total de cas depuis le 11 mars est à 390. Pour autant, la vigilance reste de mise. Le confinement strict reste la règle jusqu’au 11 mai, il sera appliqué avec la même fermeté, comme l'a rappelé hier, le préfet, Jacques Billant.
 
En effet, le Président de la République l'a martelé, lundi soir, lors de son allocution, le confinement "le plus strict est maintenu jusqu’au 11 mai". A la suite de cette annonce, le préfet de la Réunion a décidé de reconduire les arrêtés visant à limiter la propagation du virus dans un premier temps, au 11 mai, date du déconfinement progressif. Avant de se raviser concernant cette date butoir. 
Ainsi, certaines mesures de confinement et restrictions sont donc prolongées jusqu'au 30 avril. Est-ce là, le signe d'un déconfinement avancé à La Réunion ? Sollicitée, la Préfecture répond :
 

  La piste du déconfinement est bien entendu étudiée. Depuis quelques semaines, les arrêtés sont prolongés tous les quinze jours, c'est d'abord pour des raisons de sécurité juridique. Ce n'est pas parce que les arrêtés sont prolongés jusqu'au 30 avril, qu'il y aura un déconfinement dès le 1er mai 


La préfecture se veut très prudente sur un déconfinement plus précoce à La Réunion. Même si les chiffres des derniers jours sont plutôt favorables, " les données sont encore sur des séries et des durées restreintes [...] Aujourd'hui, nous ne savons pas si La Réunion reste sur une épidémie d'importation ou s'il y a une véritable circulation locale du virus ".
Des travaux sont en cours pour étendre la stratégie de dépistage afin de consolider les données des cas confirmés. 
 

 Il n'y a donc aucune raison, à ce stade et au moins pour les quinze prochains jours, de faire glisser dans un sens ou dans un autre la date du 11 mai comme date du déconfinement [...] Un assouplissement des règles n'est donc pas d'actualité à La Réunion 


Par ailleurs, le Premier ministre a assuré mardi, à l'Assemblée nationale qu'un "plan complet de sortie" sera établi bien avant le 11 mai. Le chef du gouvernement a donc quinze jours, pour présenter un plan cohérent qui répond aux multiples interrogations des Français.
"Il appartient au gouvernement de mettre en place les instruments, les méthodes, la doctrine d'emploi, la coordination nécessaire pour faire en sorte que ces objectifs rappelés par le président de la République soient atteints, c'est ce à quoi nous nous employons", a détaillé Edouard Philippe.
  
 

Fermeture des établissements scolaires et restrictions des vols jusqu'au 11 mai


Les crèches, écoles, collèges, lycées, université et lieu d’enseignement restent fermés jusqu'au 11 mai. Pour permettre aux personnels soignants d’assurer leurs mission et rester mobilisés, la Caf en lien avec les gestionnaires de structures met en place un service d’accueil pour les enfants de moins de 6 ans.

De plus, les vols à destination de La Réunion demeurent restreints jusqu'au 11 mai. Et les dispositifs de quatorzaine des voyageurs sont renforcés. Tous les voyages d’agréments sont interdits et seules les personnes devant impérativement rejoindre leur domicile, justifiant d’impératifs familiaux, de motifs professionnels impérieux ou de motifs sanitaires relevant de l’urgence sont autorisées à rentrer sur le territoire, sur présentation de justificatifs lors de l’embarquement. Les voyageurs en arrivée sont conduits dans des centres de quatorzaine dédiés.
 

Arrêtés limitant la propagation du virus jusqu'au 30 avril 

 
  • Fermeture des établissements recevant du public.
     
  • Limitation des horaires d’ouverture des débits de boisson à 17h. L’alcool est un facteur causal des violences, tant sur la voie publique qu’au sein des familles. Dans cette période de confinement qui expose plus encore les femmes et les enfants victimes de violences, la vente de boissons alcoolisées à emporter est interdite de 17h00 à 6h00 sur l’ensemble du territoire.
     
  • Fermeture des magasins et centres commerciaux à 19h. Les magasins et les centres commerciaux seront donc fermés à partir de 19h, tous les jours. Cette interdiction concerne également les commerces de vente à emporter et de ventes ambulantes tenus par des entreprises ou des particuliers (food trucks, camion pizza…).
     
  • Fermeture des sentiers du littoral et des plages. Les sentiers, les plages, les plans d’eau intérieurs ne constituent pas des espaces publics indispensables aux déplacements individuels. Face à l’urgence sanitaire, les mesures de confinement doivent être strictement appliquées et seuls les déplacement professionnels seront autorisés sur ces espaces.

Mobilisation des forces de l'ordre


Pendant ce temps, les forces de l'ordre restent plus que jamais mobilisées sur le terrain afin de faire respecter ces mesures de confinement. Illustration à Saint-Denis, ce matin, dans le quartier des Camélias, où les policiers veillaient à la protection des particuliers et des commerçants.

Nos déplacements sont plus que jamais placés sous haute surveillance. Aucun relâchement ne sera toléré. La preuve ce matin, du côté de la gare routière de Saint-Louis où une brigade spéciale composée de gendarmes réservistes a été créée pour contrôler les transports en commun.



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live