Covid-19 : situation tendue à Madagascar

océan indien
Andry Rajoelina président de Madagascar mars 2020
©Capture d'écran Madagascar-Tribune
L’état d’urgence sanitaire a été prolongé de quinze jours à Madagascar. Lors d’une allocution télévisée dimanche, le président Andry Rajoelina a aussi déploré le décès de deux parlementaires des suites du Covid- 19. Il annonce un pic de l’épidémie vers la fin août.
"Nous n’avons pas encore atteint le pic". Comme l’a expliqué dimanche soir, à la télévision le président malgache Andry Rajoelina, le pire reste à venir dans la Grande île, alors que le nombre de cas de coronavirus est en forte augmentation.

Le chef d’Etat a ainsi annoncé le prolongement de l’Etat d’urgence sanitaire. Tananarive, la capitale malgache décrite comme l’épicentre de l’épidémie, va encore rester confinée pour les quinze prochains jours.

Andry Rajoelina a lancé un appel à la vigilance à la population malgache. Le président a prévenu que le nombre de personnes contaminées devraient encore continuer à augmenter. Il estime que le pic de l’épidémie pourrait être atteint d’ici la fin du mois d’août.

Dans son allocution, il a précisé que deux parlementaires étaient morts des suites d'une infection au Covid-19. Un député ainsi qu’un sénateur. Il y aurait selon ses déclarations, 11 députés et 14 sénateurs porteurs du virus. D’anciens ministres ont, eux, annoncé publiquement sur les réseaux sociaux ou dans les médias qu’ils étaient positifs.
 

Des hôpitaux saturés dans la capitale


Le journal Midi Madagascar explique que les hôpitaux de la capitale sont déjà complètement saturés. "Les principaux hôpitaux publics de Tananarive ont déjà largement dépassé leur capacité d’accueil et refusent des malades depuis plusieurs jours. Dans les cliniques privées, les places sont chères et les lits existants ne sont pas suffisamment nombreux pour accueillir les flux de malades".

L’Express de Madagascar rajoute pour sa part qu’"il y aurait un écart entre les chiffres officiels communiqués aux autorités et la réalité dans les hôpitaux". Des patients présentant des symptômes de la maladie à un stade avancé ne seraient comptabilisés que tardivement comme des cas positifs, faute de retour rapide des résultats des dépistages. Le délai serait plutôt d’une semaine, au lieu des 72 heures promis par le gouvernement malgache.

Andry Rajoelina s’est toutefois engagé sur une meilleure prise en charge des patients. Il a annoncé l’ouverture de centres de traitement Covid-19 qui sont, eux, destinés aux patients présentant des symptômes modérés mais ne pouvant pas se soigner chez eux.

L’Express de Madagascar souligne que le discours du président tranche avec l’optimisme affiché il y a de cela un mois. "Madagascar maîtrise l’épidémie", avait-il lancé le 14 juin, en comparant la situation dans la Grande île à celle par exemple de ses voisins africains.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live