L’Etang-Salé, Salazie et Sainte-Suzanne sous la menace du couvre-feu, Saint-Pierre y échapperait de peu

coronavirus
coronavirus covid controles premiere nuit couvre-feu La Possession 120221
©Préfecture de La Réunion

Pour intensifier la lutte contre la propagation du Covid-19 et ses variants à La Réunion, le couvre-feu pourrait être étendu à trois nouvelles communes : l’Etang-Salé, Salazie et Sainte-Suzanne. Saint-Pierre y échapperait de peu. Les maires ont rencontré le préfet, ce mardi 16 février.

L’Etang-Salé, Salazie et Sainte-Suzanne sont sous la menace du couvre-feu. Saint-Pierre échapperait de peu à cette nouvelle mesure. C’est ce qu’affirment plusieurs maires à l’issue d’une réunion avec le préfet, Jacques Billant, ce mardi 16 février.

Menace de couvre-feu sur trois nouvelles communes

Chaque semaine, le préfet fait le point avec les 24 élus sur la situation sanitaire dans l’île. Cet après-midi, la rencontre a eu lieu en présentiel au Conseil Départemental et non par visioconférence. Le taux d’incidence à La Réunion s’élèverait désormais à 76 pour 100 000 habitants.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

L’Etang-Salé, Salazie et Sainte-Suzanne sont sous la menace d’un couvre-feu après une réunion sur la situation sanitaire entre le préfet et les maires

 

Saint-Pierre échappe de peu

Avec l’Etang-Salé, Salazie et Sainte-Suzanne, au total, sept communes pourraient être sous couvre-feu. La mesure est déjà en vigueur jusqu’au 28 février au Port, La Possession, Saint-Leu et Saint-Louis. Avec un taux d’incidence de 97 pour 100 000 habitants, la ville de Saint-Pierre échapperait de peu au couvre-feu.

Selon plusieurs élus, la mesure resterait donc territorialisée, et non généralisée.

Du monde sur les plages de l’Etang-Salé

A l’Etang-Salé, Salazie et Sainte-Suzanne, les taux d’incidence ont flambé du 6 au 12 février. A l’Etang-Salé, il est de 166 pour 100 000 habitants. Selon le maire Jean-Claude Lacouture, "le couvre-feu pourrait être instauré dès jeudi, 22h". Il estime que "la hausse du taux d'incidence n'est pas étonnante" puisque "les frontières entre communes sont poreuses". Il a aussi remarqué que les plages de sa commune étaient particulièrement fréquentées, et annonce qu'il va renforcer les contrôles.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

L’Etang-Salé pourrait bientôt être sous couvre-feu face à la hausse du nombre de cas de Covid-19 dans la commune

 

Deux clusters à Sainte-Suzanne

elon Santé Publique France, à Sainte-Suzanne où deux clusters ont été identifiés, le taux d’incidence est de 162 pour 100 000 habitants. "Il faut contenir l’épidémie, un cluster a été identifié suite à un mariage et l’autre suite à une veillée mortuaire", explique le maire, Maurice Gironcel, qui annonce aussi la distribution de 100 000 masques en partenariat avec la CINOR.

Un cluster important à Salazie

A Salazie, le taux d’incidence est de 328 pour 100 000 habitants. Un important cluster de 25 cas de coronavirus, dont dix variants, a été identifié dans la commune, la faisant basculer dans le rouge. A noter, qu’avec 7 300 habitants, il suffisait que 25 cas positifs soient déclarés pour que les indicateurs s’affolent. Le maire Stéphane Fouassin, insiste lui sur le fait "qu’il n’y a pas eu de nouveaux cas positifs déclarés ces derniers jours". Le taux d’incidence devrait donc rapidement descendre.

Un décalage entre les chiffres et les décisions

Sous couvre-feu depuis samedi dernier, Saint-Louis affiche de son côté des "chiffres encourageants", assure la maire, Juliana M’Doihoma.

Comme d’autres élus, elle souligne le paradoxe de la situation : le couvre-feu a été instauré sur la base des chiffres de Santé Publique France datant d’avant le 6 février. "Aujourd’hui, on nous présente les chiffres du 6 au 12 février et le taux d’incidence est en baisse, pourtant la mesure du couvre-feu a été instaurée le 13 février", souligne la maire de Saint-Louis.

Serge Hoarau, maire de Petite-Ile, et président de l’Association des Maires de La Réunion reconnaît que "les décisions prises sont forcément en décalé avec les chiffres qui sont toujours calculés sur une semaine".

Un renforcement des contrôles à l'aéroport

Par ailleurs, durant cette rencontre avec le préfet, certains élus lui ont demandé de renforcer les contrôles sur les déplacements entre Mayotte, La Réunion et la métropole. Le maire du Port, Olivier Hoarau, mais aussi celui de Saint-Benoît, Patrice Selly, réclament un contrôle plus strict des motifs impérieux.

Cette demande intervient alors que depuis deux jours, des manifestants se rassemblement devant l'aéroport de Gillot pour réclamer plus de contrôles des voyageurs.

Pour la maire de Saint-Louis, Juliana M’Doihoma, "il est temps de mettre sur la table la question de la fin des vols commerciaux avec Mayotte sur motifs impérieux". "Il faut qu’il y ait la solidarité régionale sur les évacuations sanitaires, mais il faut arrêter les autres vols", assure la maire de Saint-Louis.

Des élus demandent aussi d’imposer la septaine aux voyageurs arrivant à La Réunion. Le maire du Port, Olivier Hoarau, s’étonne que "la septaine soit anticonstitutionnelle, mais pas le couvre-feu imposé sur sa commune".

Les chiffres attendus mercredi

Suite à cette rencontre, le préfet de La Réunion, Jacques Billant, pourrait donc annoncer de nouvelles mesures dès demain lors d'une conférence de presse. La publication des derniers chiffres du Covid-19 dans l’île est attendue, demain, mercredi 17 février.

Selon le site Santé Publique France, sur la semaine du 6 au 12 février, seize communes sur 24 dépassent le seuil d’alerte national fixé à 50 pour 100 000. Huit communes sont sous le seuil d’alerte et trois sont pratiquement épargnées par l’épidémie avec des taux d’incidence inférieur à 10 pour 100 000 : Cilaos, l’Entre-Deux et la Plaine des Palmistes.