Levée du confinement et recul du couvre-feu à 21h la semaine, mais pas le week-end : le préfet de La Réunion assouplit les mesures

coronavirus
Jacques Billant, préfet de La Réunion.
"Au regard de la situation, je vais demander au gouvernement de me confier des pouvoirs accrus" a déclaré Jacques Billant en précisant qu'il envisage de "remettre en place le couvre-feu". ©Imaz Press
Le préfet de La Réunion annonce, ce jeudi 2 septembre, une levée du confinement et un recul du couvre-feu à 21 heures en semaine. En revanche, le confinement partiel est maintenu le week-end, tout comme le couvre-feu à 19h. Le détail ici.

Le préfet de La Réunion annonce ce jeudi 2 septembre, un "desserrement progressif des mesures de freinages de l’épidémie de Covid-19".

Confinement levé la semaine, mais pas le week-end

Jacques Billant a décidé de lever le confinement en semaine, du lundi au vendredi. Vous pourrez vous déplacer sans condition au-delà du rayon de 10 km de votre domicile durant la semaine. En revanche, le confinement est maintenu le samedi et le dimanche, avec un rayon de déplacement limité à 10 kilomètres.

Couvre-feu à 21h en semaine, mais 19h le week-end

Le préfet annonce que le couvre-feu est repoussé à 21h du lundi au vendredi pour que les établissements accueillants du public puissent reprendre leur activité, sous condition du pass sanitaire. En revanche, le couvre-feu est maintenu à 19 heures, les samedi et dimanche.

"Les regroupements festifs du week-end sont propices à la circulation du virus et aux clusters", assure le préfet. Pour cette raison, il prend des mesures distinctes entre la semaine et le week-end. Ces mesures sont prises pour les deux semaines à venir, jusqu'au 20 septembre, et entrent en vigueur dès lundi prochain. Toutefois, le préfet prévient qu'il pourra revenir sur ces mesures à tout moment.

"Cette désescalade ne signifie pas la fin des mesures restrictives, car si la situation s’améliore, le virus circule encore et nous devons poursuivre nos efforts", prévient Jacques Billant.

Des indicateurs qui s’améliorent

La semaine dernière, le préfet avait décidé de reconduire les mesures de freinage de l’épidémie misse en place le 31 juillet dernier. "Nous avons pu passer le cap de nos rentrée scolaire, sociale et économique", explique le préfet qui estime que "ces six derniers jours ont permis de conforter l’amélioration des indicateurs". En deux semaines, le taux d’incidence à La Réunion est passé de 420 à moins de 200 pour 100 000 habitants. Le taux de positivité est inférieur à 4%.

De pression à tension hospitalière

"Nous avons écarté pour l‘heure le risque d’une flambée épidémique, pour autant la tension hospitalière reste importante", ajoute Jacques Billant. Chaque jour, de nouveaux malades sont admis dans les hôpitaux de La Réunion. Ces derniers jours, il y a en moyenne 35 patients hospitalisés en réanimation et 60 en unité de médecine covid. Ce niveau d’hospitalisation est le même que fin juin, soit un "plateau élevé".

Compte tenu de "la dangerosité du variant Delta et de la proportion de population à risques à La Réunion", Martine Ladoucette, directrice générale de l’ARS précise qu’il "est démontré que les Réunionnais sont encore trop exposés aux formes sévères de la maladie et aux décès". A La Réunion, "le nombre de personnes admises en réanimation est 50 % supérieur à celui de la métropole".

Encore trop de décès

Selon les autorités, La Réunion déplore encore "trop de décès chaque semaine". "Il y a en moyenne quinze décès par semaine, c’est plus qu’en juin", précise Martine Ladoucette.  

Le préfet de La Réunion estime que l’île est arrivée à une "stabilisation épidémique" et qu’il faut maintenant "s’engager sur le chemin du reflux net de l’épidémie, pour cela la dynamique vaccinale doit se poursuivre". Le préfet rappelle que sans "immunité suffisante à l’échelle de l’île, nous devrons continuer à avoir des mesures de restrictions de nos activités quotidiennes".

Une couverture vaccinale encore insuffisante

Selon Martine Ladoucette, directrice générale de l’Agence Régionale de Santé, la couverture vaccinale peine à dépasser les 60% à La Réunion. "340 000 personnes de plus de 12 ans n’ont pas reçu la seconde dose ou pas de dose du tout, affirme-t-elle. C’est un niveau proche de celui qu’avait les Antilles avant de basculer dans l’horreur".

La directrice générale de l’Agence Régionale de Santé assure qu'il y a "neuf à douze fois plus de risques d'être hospitalisé en réanimation si vous n'êtes pas vacciné". Elle reconnaît que l'objectif de 80 à 90 % de Réunionnais vaccinés à la mi novembre ne sera pas atteint et fixe désormais un nouvel objectif pour la mi-décembre.

Martine Ladoucette annonce également que les neuf centres de vaccination de l'île seront désormais accessibles sans rendez-vous dès ce week-end. Par ailleurs, un dixième centre va ouvrir dans le sud du département, prochainement. 

Interrogée au sujet de la "nécessité" de faire une troisiéme injection du vaccin Pfizer, la directrice générale de l'ARS répond que cette troisième dose sera disponible dès septembre. Elle précise qu'il s'agit "d'un rappel vivement conseillé pour les personnes âgées de plus de 65 ans ou les personnes présentant des pathologies à risques". Un intervalle de six mois minimum à compter de la deuxième dose du vaccin Pfizer est nécessaire, ou de quatre semaines minimum après la monodose du Janssen.

Une rentrée scolaire maîtrisée

Trois semaines après la rentrée scolaire à La Réunion, la rectrice de l'Académie, Chantel Manès-Bonisseau, estime que "la situation est maîtrisée". A ce jour, 81 classes ont été fermées dans le premier degré. Dans le second degré, 102 collégiens et 67 lycéens ont été testés positifs et isolés à leur domicile. Six personnels sont également positifs au Covid-19 et isolés.

Dans les écoles, les campagnes de tests salivaires et autotests se poursuivent. Dans les collèges et lycées, des campagnes de vaccination continuent aussi. Des centres de vaccination éphémères sont ouverts dans trois lycées de l'île.

Dès septembre, deux nouveaux établissements scolaires de l'Est et l'Ouest du département accueilleront eux aussi ces centres éphémères de vaccination. Alors que 23% des 12-17 ans ont un schéma vaccinal complet à La Réunion, le rectorat estime que c'est trop peu. Son objectif est de faciliter l'accès à la vaccination aux élèves.

Retrouvez le direct ici :