réunion
info locale

Quaden Bayles: un sociologue réunionnais revient sur l'impact sociétal de la vidéo qui fait le buzz

société
Quaden Bayles
©Facebook / Yarraka Bayles
Quaden Bayles, victime de harcèlement scolaire, demande à sa mère "un couteau pour se suicider".  Une séquence diffusée sur les réseaux sociaux qui a ému le monde entier mais qui a soulevé une polémique sur l'âge de l'enfant. Des internautes remettent en cause la crédibilité des faits.
 
Une vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. On y voit un petit garçon australien, en larmes, demandant à sa mère de mettre fin à ses jours car il ne supporte plus les brimades dont il est victime à l'école. Quaden, issu d'une famille indigène, est en effet atteint d'une forme de nanisme.

Sa mère, excédée, a filmé la scène puis l'a postée sur les réseaux sociaux pour partager publiquement le malaise de son fils et pour "que les gens éduquent leurs enfants" indique-t-elle. 
 
Depuis la diffusion de cette vidéo le mercredi 19 février dernier, devenue virale depuis, plusieurs internautes ont remis en cause la véracité des faits, pointant du doigt l'âge de l'enfant, qui n'aurait pas 9 ans selon eux mais 18 ans. Ils dénoncent également une mise en scène pour créer le buzz.

Depuis, Yarraka Bayles, mère de l'enfant, n'a de cesse de démentir ces rumeurs. Les membres de l'association "Dwarfism Awareness Australia Inc", qui aide les personnes atteintes de nanisme en Australie, l'ont rejoint dans ce combat affirmant que Quaden est bel et bien un enfant souffrant d'achondroplasie, une maladie génétique. 
 De nombreuses personnalités ont posté des messages sur leurs réseaux respectifs pour venir en aide à Quaden dans son combat contre le harcèlement scolaire. 

"Quaden, tu es plus fort que tu ne le penses mon pote, et quoi qu'il arrive, je suis ton ami", a déclaré l'acteur de Wolverine dans une vidéo sur Twitter:


Harcèlement et réseaux sociaux: quel point de vue sociétal? 


Raoul Lucas est sociologue à La Réunion. Pour lui, le harcèlement dont est victime Quaden est "particulièrement choquant car il porte atteinte à une personne déjà vulnérable (...) atteinte de handicap."
Le processus de harcèlement vise à exclure une, ou plusieurs, personne d'un groupe ou d'un ensemble.

Selon le sociologue, le cas de Quaden interroge sur "la société elle-même et sur le rapport que l'on a au sein de cette société face aux personnes différentes. "
 

De quoi témoigne cette vidéo? On est aujourd'hui dans une société violente dont les formes de violences se sont exacerbées. R. Lucas.


Pour Raoul Lucas, la raison en est simple : "les réseaux sociaux devenus des caisses de résonance (...) qui peuvent démultiplier le processus (de harcèlement).

Même si elle a longtemps été niée voire minorée, la problématique du harcèlement est traitée maintenant avec beaucoup de vigilance en France, notamment dans les écoles comme indiqué sur le site du Ministère. Les contrevenants encourent des amendes, voire des peines de prison dans certains cas.
Pour le sociologue réunionnais, justement "ce qui est choquant (dans la vidéo de Quaden) c'est que cela se déroule dans une école, lieu de valeurs et d'enseignement du vivre-ensemble afin de former les futurs adultes".

Par ailleurs, la viralisation mondiale de la vidéo a également fait émerger un autre point selon Raoul Lucas :"la puissance de ces outils techniques (les réseaux sociaux) sur lesquels on doit avoir une vigilance."
En effet, pullule depuis sur Internet la création de faux comptes sur des sites de cagnottes en ligne pour récolter de l'argent au nom de l'enfant. 

Le reportage de Jean-Régis Ramsamy et Philippe Hoareau : 


Sulliman Omarjee, avocat et directeur du département du droit du numérique au Cabinet Fidal est l'invité du JT de 19h. Il apporte son éclairage sur ce dossier, notamment sur l'aspect "fake" ou non de la publication.