Roland Garros : une statue de l'aviateur réunionnais érigée à Paris

tennis
Statue Roland Garros à Paris
L'aviateur Réunionnais Roland Garros dispose désormais d'une statue érigée à son effigie dans l'enceinte du célèbre stade dédié au tennis français à Paris. ©Christophe Guibbaud - FFT

Une statue en l’honneur de l’aviateur Roland Garros érigée dans l'antre mythique du tennis à Paris. La sculpture a été inaugurée hier par le Président de la Fédérétion Française de Tennis. Un grand bonheur pour les membres de l'association réunionnaise Roland Garros Panthéon.

L'émotion est vive. « C'est un grand bonheur. Un grand honneur ! » confie Mario Serviable militant au sein de l'association réunionnaise Roland Garros Panthéon. Le Dionysien exhulte à l'idée que « Roland Garros est désormais visible dans un haut lieu de la pratique sportive. Il sera ainsi visible et plus présent dans nos pensées». 

Avec cette statue, la Fédérétion Française de Tennis a souhaité rendre hommage à un pionnier de l’aviation française et héros de la 1ère guerre mondiale qui a donné son nom au stade parisien. Là où se déroulent, en temps ordinaire, les fameux internationaux de tennis, rendez-vous tant sportif que mondain. 

L’homme qui flirte avec les nuages 

La statue est intitulée « The cloud kisser ». Les exploits de Roland Garros, premier pilote à traverser la Méditerranée, lui ont en effet valu le surnom de « l’homme qui flirte avec les nuages ». La sculpture en acier mesure plus de six mètres de hauteur. Elle a été réalisée par l’artiste Caroline Brisset, qui s'est inspirée d'un portrait de Roland Garros, accoudé au cockpit de son avion.

Caroline Brisset et Gilles Moretton devant la statue Roland Garros à Paris
L'artiste Caroline Brisset, auteure de la sculpture, a confié que "ce projet a énormément résonné en moi, car mon grand-père était aviateur et appartenait à la même escadrille que Roland Garros, l’escadrille des Cigognes". ©Christophe Guibbaud/FFT

« L’aviateur Roland Garros m’a énormément inspirée car il dégage, à la fois une certaine sérénité, mais aussi une sorte de folie des grandeurs. J’ai essayé au maximum de m’imprégner de ce personnage pour être la plus sincère possible dans mon interprétation» témoigne Caroline Brisset, qui a confié que « ce projet a énormément résonné en moi, car mon grand-père était aviateur et appartenait à la même escadrille que Roland Garros, l’escadrille des Cigognes. Du coup, j’ai mis beaucoup de cœur dans ce projet ».

La statue du Réunionnais prendra place sur le tout nouveau « parvis de l’aviateur » à proximité de la nouvelle entrée grand public du stade Roland-Garros, appelée « porte 1 ». Une façon de donner au héros de l'aviation et de la 1ère guerre mondiale, toute la visibilité qui lui est dûe. telle était l'intention du président de Gilles Moretton.

Lors de l'inauguration du monument, le président de la Fédération Française de Tennis a déclaré que « Nous sommes très fiers d’accueillir cette magnifique statue. Cette sculpture constitue un bel hommage à Roland Garros, amplement mérité. Cette œuvre permettra ainsi au tournoi de saluer de façon pérenne la mémoire de cet homme extraordinaire, qui a donné son nom au stade puis à notre tournoi ».

Voler doit être un rêve pour la jeunesse et pour le monde

Mario Serviable

 

Un avis partagé par Mario Serviable. Le Réunionnais estime que l'image de l'aviation avait été ternie par les propos d'une élue de Montpellier qui avait évoqué « un cauchemard pour la jeunesse française». « Honorer Roland Garros, c'est honorer les pionniers de l'aviation» renchérit-il en disant que « voler doit être un rêve pour la jeunesse et pour le monde. C'est un formidable espoir qui donne le vertige et remplit nos coeurs d'allegresse car c'est une invitation au voyage. Une invitation à aller vers l'autre... »

Roland Garros à Bizerte
Roland Garros a découvert l'aviation à 21 ans. Rapidement, le pilote réunionnais a gagné en notoriété sur la scène nationale et internationale. Ici, accueilli à Bizerte par les militaires affectés en Tunisie. ©DR

Pour mémoire, Roland Garros est né à La Réunion le 6 octobre 1888. À 11 ans, il débarque seul à Paris pour ses études. Diplômé de HEC et sportif accompli, il découvre l’aviation à 21 ans.

Le Réunionnais enchaîne les vols avec succès. Il réalise notamment l’exploit de traverser en 1913 la Méditerranée à bord d’un Morane-Saulnier. Parti de Saint-Raphaël, il parvient, après 7h47 d’un vol épique, à atterrir à Tunis. Cette performance lui vaut une grande notoriété. En France, mais aussi à l'échelle mondiale. 

Lors de la Première Guerre mondiale en 1914, considéré comme le meilleur pilote au monde, il participe à la mise au point d’une toute nouvelle arme : un système de tir entre les pâles de l’hélice. Roland Garros devient le premier chasseur aérien de l’histoire. Prisonnier de guerre, il parvient, après plusieurs tentatives et trois ans de captivité, à s’échapper d’un camp en Allemagne. Cela ne l’empêchera pas de retourner au front. Le 5 octobre 1918, la veille de ses 30 ans, il meurt dans le crash de son avion, au retour d’un combat aérien dans les Ardennes.

Jusqu'à récemment, les défenseurs de sa mémoire déploraient le manque de reconnaissance nationale du héros.

Sa statue sur le Barachois à Saint-Denis aura désormais une grande soeur à Paris.