"Octobre rose" : Saint-Benoît se mobilise contre le cancer du sein

cancer saint-benoît
La ville de Saint-Benoît se mobilise contre le cancer du sein.
La ville de Saint-Benoît se mobilise contre le cancer du sein. ©Patrick Ramoudou
Chaque année, la ville de Saint-Benoît se mobilise contre le cancer du sein. "Octobre rose" est un mois d’action de prévention partout en France. Plusieurs temps forts sont organisés à Saint-Benoît.
L’objectif : informer dès le plus jeune âge dans l’espoir de faire reculer le cancer du sein. Cette année encore, la ville de Saint-Benoît, collabore avec la Ligue contre le cancer et de nombreux partenaires pour "octobre rose".

Pour cette nouvelle édition, l’accent est mis sur les rencontres et échanges avec les professionnels de santé. Des conférences et débats sont animés par le personnel soignant du GHER et du CHU (gynécologues, pédiatres, sages-femmes, PMI...). Ils sont ouverts aux femmes mais aussi aux jeunes scolarisés au lycée à Saint-Benoît.
  

Les temps forts

Plusieurs temps forts sont aussi à retenir. Le jeudi 4 octobre sera une journée sur "Les bienfaits de l’allaitement", organisée à la médiathèque Antoine Roussin. Le mercredi 10 octobre, toujours à la médiathèque, des gynécologues-obstétriciens, radiologue, sages-femmes inviteront le public à une conférence/débat intitulée "Le cancer du sein : prévention, dépistage et prise en charge".

Pour soutenir la lutte contre le cancer du sein, un rendez-vous sera donné le samedi 13 octobre, sur la Place de la mairie pour le départ d’une "Marche rose". Durant le mois, des actions de proximité seront également menées auprès de publics ciblés. Plus d’informations sur le programme en cliquant ici.
  

Promouvoir la mammographie

Parallèlement, Saint-Benoît lance une campagne d’affichage pour sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein. Le cancer du sein est un enjeu de santé publique et un défi pour la santé des femmes.

54 000 nouveaux cas sont mis au jour chaque année en France. Pourtant, détectés à temps, neuf cancers du sein sur dix sont guéris. Le dépistage est donc primordial et parfois même vital.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live