Bilan contrasté pour la rentrée scolaire 2022 à Saint-Pierre et Miquelon

éducation
rentree scolaire miquelon 2022
/ ©SPM la 1ère
1050 élèves ont retrouvé les bancs de l'école le 2 septembre dernier. Deux semaines après la rentrée, l'heure est au bilan. Le chef du service de l'Éducation nationale à Saint-Pierre et Miquelon, Jean-Pierre Tégon, était l'invité du journal télévisé jeudi soir.

Les établissements scolaires de l'archipel ont retrouvé leurs élèves. Un peu plus d'un millier cette année, c'est légèrement moins que l'an dernier. L'occasion d'évoquer avec le chef du service de l'Éducation nationale à Saint-Pierre et Miquelon les différents dossiers de la rentrée, comme les effectifs, le manque d'enseignants, l'internat de la réussite ou encore le projet pédagogique pour l'archipel. 

Effectifs au sein du corps professionnel

La rentrée s'est faite en l'absence de certains professeurs. En effet, trois postes étaient encore vacants dans le secondaire à la rentrée : un poste de professeur d'histoire-géographie, un de lettres classique (latin et français), et un en bac professionnel systèmes numériques. Ce dernier a trouvé preneur, le professeur a commencé ses cours. Pour les deux autres, le chef du service de l'Éducation nationale à Saint-Pierre et Miquelon, Jean-Pierre Tégon précise qu' "il faudra attendre encore la rentrée des vacances de la Toussaint, les deux professeurs étant encore en métropole". 

Un nouveau projet pédagogique pour l'archipel

Arrivant à son terme dans quelques mois, le projet pédagogique 2022 devra être remplacé par un nouveau texte. "Je vais convoquer la communauté éducative dans son ensemble (...) pour réfléchir à ce nouveau projet" a précisé Jean-Pierre Tégon.

En plus de ce projet pédagogique, trois conventions sont en cours d'élaboration. La première portera sur les cadets de la société civile, en partenariat avec la préfecture, et fera la promotion de l'engagement des jeunes des classes de 4ème dans la sécurité civile.


La deuxième verra le dispositif d'autorégulation élargit à la maternelle. Ce dispositif, suivi par l'ATS, vise les élèves en situation de handicap, notamment ceux ayant des troubles autistiques. 

La troisième, en collaboration avec le Parquet, luttera contre les formes de violences scolaires. 

Revoir l'intégralité de l'entretien avec Jean-Pierre Tégon :