La truite sujet d'une étude scientifique à Saint-Pierre et Miquelon

pêche saint-pierre (spm)
truite omble de fontaine

Une étude est en cours en ce moment sur l'archipel pour étudier l'omble de fontaine, aussi appelée truite. Le travail fourni servira à mieux connaître cette espèce, très appréciée des pêcheurs sportifs, et permettra le développement de structures et d'activité autour du poisson. 

Mieux connaître la truite pour mieux exploiter l'espèce localement. Depuis le mois de novembre 2020, le projet "Omble SPM" a été lancé. A son initiative : l'enseignant-chercheur Fabrice Télétchéa et l'igénieure Eve Briand. Cette dernière est chargée de synthétiser l'ensemble des travaux effectués à Saint-Pierre et Miquelon sur l'espèce.

À lire aussi : Enseignant-chercheur issu d'une famille de pêcheurs, la passion de la mer du Saint-Pierrais Fabrice Téletchéa


Ce n'est pas une mince affaire, étant donnée la quantité de travaux déjà effectuée par le passé. "Il y a déjà eu beaucoup d'études scientifiques, des travaux sur le terrain, des expériences de pisciculture, de la sensibilisation, de la communication aussi," explique Eve Briand.

Mettre en place des activités autour de la truite

 

Cette étude servira ensuite à planifier et mettre en place un plan de gestion de l'espèce et à lancer des projets de nouvelles activités autour de la truite. "Cela va nous apporter énormément d'informations pour pouvoir gérer localement l'espèce, se réjouit le technicien rivière et garde-pêche Loïc Perrin, et nous aidera à appuyer la création d'une maison de la pêche."

"Si le projet peut nous amener des financements pour construire une maison de la pêche, on pourrait faire des interventions avec les scolaires et de la reproduction artificielle pour repeupler les cours d'eau."

Loïc Perrin, technicien rivière garde-pêche

 

Ce projet de maison de la pêche est mûri en collaboration avec des étudiants de l'université de Nancy où enseigne Fabrice Télétchéa, le porteur du projet et de l'étude. "C'est l'espèce la plus pêchée localement dans l'archipel, explique-t-il, mais on n'en sait pas encore assez, nous ne l'avons pas suffisamment étudié". 

Le reportage d'Anastasia Laguerra et Adrien Develay :