Parlement des enfants : les élèves de Miquelon font des propositions pour mieux manger

politique miquelon-langlade
miquelon
Les élèves de l'école du socle ont présenté leur proposition de loi au député de Saint-Pierre et Miquelo ©Adrien Develay

Le député de Saint-Pierre et Miquelon Stéphane Claireaux s’est rendu à l’école du socle à Miquelon ce jeudi 18 février. Les élèves lui ont présenté une proposition de loi dans le cadre du parlement des enfants. Elle concerne la problématique de l’alimentation équilibrée et durable.

Les élèves de CM1 et CM2 de l’école du socle de Miquelon ont élaboré des projets pour essayer d’avoir une meilleure alimentation, plus respectable de l’environnement. Pendant deux mois, ils ont travaillé avec leurs institutrices sur ces questions. Le résultat : six articles, sous la forme d’une proposition de loi.

Le reportage d'Adrien Delevay : 

 

Les écoliers ont présenté  et discuté de leurs idées avec le député Stéphane Claireaux. Si quelques ajustements restent encore à faire pour adapter ces propositions au niveau national, le député s'est déclaré impressionné par leur travail. “Il faut dire que le sujet de l’alimentation durable et équilibrée est dans l’air du temps", constate le parlementaire.

Les problématiques qui sont soulevées ici peuvent être transposées au niveau national. Dans le cadre du parlement des enfants, il est intéressant d’élargir les propositions qu’ils ont pu faire au niveau national pour que ça puisse concerner le plus grand nombre de personnes.  

Stéphane Claireaux

 

Comment mieux manger en polluant moins ?

 

Parmi les idées retenues, l’obligation des commerçants d’acheter une part de leurs produits localement et de les mettre en valeur. Owen, élève de CM2 a bien compris l’intérêt du circuit court. “Si on achète des produits qui viennent de loin, ça pollue beaucoup et ça créé des gaz à effets de serre, explique-t-il. Mais si on achète des produits locaux, comme la tomate ou la salade, on sait ce qu’il y a dedans”, ce qui n’est pas le cas de certains produits étrangers, selon le jeune garçon.

À lire aussi : Une alimentation saine et accessible à tous : rêve ou réalité à Saint-Pierre et Miquelon ?

Les questions relatives à ce programme s’inscrivent parfaitement dans leur programme éducatif. Sophie Le Dorze, institutrice, estime que “les enfants connaissent leur environnement” et que cette initiative, qui a plutôt bien fonctionné “met du peps à la séquence.” Et ils ne vont pas s’arrêter là.

On a l’intention de travailler sur le gaspillage alimentaire, sur ce qu’on fait de nos déchets alimentaires… donc c’est pas fini.

Sophie Le Dorze

 

L’exercice a également donné l’occasion aux élèves de questionner Stéphane Claireaux sur son métier de député. Qui sait ? Peut-être que l’expérience aura éveillé des vocations. Les propositions des jeunes miquelonnais seront étudiées à partir du 5 mars. S'ils sont parmi les finalistes, ils se rendront à Paris défendre leur projet de loi, si la situation sanitaire le permet.