Yannis Coste élu président de la délégation chargée de gérer la mairie de Miquelon-Langlade

élections miquelon-langlade
yannis coste delegation miquelon
©SPM la 1ère
La délégation spéciale qui va gérer pendant trois mois, les affaires courantes de la commune de Miquelon-Langlade est en place. Son président Yannis Coste compte travailler dans la continuité de l'équipe municipale sortante, dont il faisait partie, en attendant les prochaines élections.
Pour pallier l'absence de candidats aux élections législatives de Miquelon-Langlade, le préfet a nommé cette semaine une délégation spéciale pour s'occuper des affaires courantes. Yannis Coste, ancien premier adjoint, se retrouve à la tête de cette équipe municipale réduite et provisoire. Avec Jean-Pierre Claireaux et Nancy Hayes, ses adjoints, il ne compte pas laisser tomber la commune. 
 

Faire tourner la municipalité 


Si le rôle de la délégation est limité aux actes administratifs, elle va tout de même assurer la continuité des services municipaux, comme la propreté, le ramassage des ordures, la production et la distribution de l'eau potable, l'assainissement, le service incendie et de secours. Yannis Coste résume : " On continue d'essayer de faire tourner la municipalité. "
 

Construction d'une boulangerie et d'une déchetterie 


Au-delà des services communaux, la délégation va aussi s'occuper des dossiers déjà engagés. 
 

" Je vais continuer à m'occuper des dossiers que je connais personnellement " - Yannis Coste, président de la délégation spéciale de Miquelon-Langlade 
 


L'ancien premier adjoint de la maire sortante, Danièle Gaspard est bien placé pour s'occuper des dossiers en cours. Il explique : " la délégation assurera la continuité de l'instruction des opéarations lancées par l'équipe sortante, notamment, la construction d'une boulangerie, les travaux pour construire une déchetterie, le skatepark (...) "
 

L'espoir de nouvelles élections 


La nouvelle équipe est provisoire : elle a, selon la loi,  trois mois pour organiser de nouvelles élections. Faute de candidats, le risque est de voir les communes de Saint-Pierre et de Miquelon-Langlade fusionner. Yannis Coste veut éviter ce scénario à tout prix : " Je ne suis pas du tout pour la fusion des deux communes et j'espère beaucoup qu'à Miquelon les gens pensent comme moi. Aux Miquelonnais de se prendre en main et de monter une équipe, de bosser... C'est énormément de travail. "

L'entretien complet de Yannis Coste par Mathias Raynaud :
©saintpierremiquelon


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live