Plan de relance : les institutions locales demandent 350 millions d'euros à l'Etat

économie
Le Conseil territorial demande 350 millions d'euros à l'Etat 
©@SPM La 1ère
Les institutions publiques locales et les acteurs du privé se sont réunis, ce vendredi 13 novembre, pour définir le plan de relance de l'archipel. Les participants ont élaboré une liste de 25 projets à soumettre à l'Etat, pour un total de 350 millions d'euros. 
L'objectif de cette rencontre était d'établir une liste d'actions concrètes et de définir un budget pour chacune d'elles. Étaient présents la mairie de Saint-Pierre, la mairie de Miquelon-Langlade, la CACIMA, Archipel Développement mais aussi et c'est une première, le MEDEF.

Cette réunion a permis d'établir la déclinaison territoriale du plan de relance nationale. Annoncé le 3 septembre dernier par le Premier Ministre Jean Castex, il s'articule autour de trois axes : l'écologie, la compétitivité et la cohésion. 
 

"On a voulu travailler sur une synthèse qui nous permet d'avoir une projection sur le territoire pour les 10 ans à venir. C'est la première fois qu'on arrive à compacter l'écologie, la compétitivité et les aspects sociaux avec un financement considérable." 

Bernard Briand, président du Conseil Territorial

 

Le plan de relance nationale est assorti d'un budget de 100 milliards d'euros. La part consacrée aux Outre-mers s'élève à 1,5 milliard d'euros. Les autorités de Saint-Pierre-et-Miquelon ont estimé, à l'issue de cette réunion, que 350 millions d'euros seraient nécessaires à la réalisation des projets sélectionnés. Les volontés d'investissement sont variées : aide au secteur touristique, à la filière agricole, rénovation des ports de Miquelon et de Saint-Pierre, entre autres.
 

"Saint-Pierre-et-Miquelon a besoin de se renouveler, ces projets sont une nécessité pour le territoire. On parle aujourd'hui tous le même langage, nous sommes tous sur la même longueur d'onde."

Roger Hélène, Président du MEDEF à Saint-Pierre-et-Miquelon


Le Conseil Territorial ne dispose pour le moment pas d'informations sur le répartition des dotations, qui peuvent correspondre au nombre d'habitants ou seront spécifiques à chaque projet. Selon Bernard Briand, la plupart de ces investissements pourraient également bénéficier des Fonds du schéma de développement stratégique de l'archipel, mené par la collectivité avec l'aide de l'Etat.

Cette liste de projets, réalisée en collaboration avec les différents acteurs, fait figure de feuille de route pour les années à venir. La semaine prochaine, la liste de projets sera soumise à l'Etat. 

Le reportage d'Adrien Develay et Aldric Lahiton : 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live