Chantier du quai de croisières : des grues à charbon des années 50 sorties de l'eau

transports saint-pierre (spm)
grue annees 50
©SPM la 1ère

Les travaux du quai de croisière à Saint-Pierre sont en cours. Avant d'entamer la construction du futur terminal, il a fallu déblayer les fonds marins où reposaient depuis plus de 70 ans deux grues. Des plongeurs d'une société privée ont été mobilisés pour cette opération d'envergure.

Elles sont dans le fond de l'eau depuis 71 ans. Il s'agit de deux grues servant autrefois au déchargement du charbon. Ces dernières, pesant 60 tonnes chacune, ont été évacuées ce lundi 7 juin 2021. Le reste, 20 tonnes, a été retiré ce mardi. Cette opération très minutieuse menée dans le cadre des travaux du futur quai de croisière a nécessité la présence de plongeurs.

Pour Bryan Allen-Mahé, plongeur sur le site "c'est dans un triste état. Je pense que le plus difficile ça va être que tout vienne ensemble". Le nettoyage du site se fait en plusieurs étapes et les entreprises en charge des manoeuvres ont dû s'adapter aux réalités du terrain.

Les grues ont été prises dans les remblais, ça fait un poids supplémentaire et il fallait les arracher du fond. On va les séparer en deux puis après on pourra les amener au quai en eau profonde pour que la DTAM en prenne possession.

Pascal Allen-mahé, chef de chantier entreprise Allen-mahé

 

Ces grues étaient disposées sur l'ancien quai à Maufroy et servaient à décharger du charbon. Leur évacuation était donc nécessaire pour pouvoir réaliser les travaux dans conditions optimales de sécurité.

Delphine Jeanneau, Allison Audoux et Flavie Bry ont assisté aux manoeuvres.

 

Un opération réalisée à l'aide d'une grue de 200 tonnes

 

Les manoeuvres ont donc été réalisées avec une très grande attention et énormément de précisions d'autant plus que le poids des anciennes grues est plus important que prévu à la base. 

Fabrice Beaupertuis, ingénieur et responsable d'affaires pour l'entreprise Charier, et Sébastien Lefort, ingénieur à la Société des Transports Publics, reviennent sur les étapes d'immersion des fameuses grues. Ils étaient les invités de Claudio Arthur dans le journal télévisé de ce lundi 7 juin.

 

Ancien grutier, Nortbert Bry se souvient

 

Norbert Bry est aujourd'hui âgé de 95 ans. Il était à l'époque grutier. Il était aussi réparateur de chaudières. Il avait 15 ans quand il est embauché pour travailler au déchargement des bateaux qui ravitaillaient l'Archipel en charbon. Un matériau livré par cargo en provenance d'Allemagne et du Canada. Il servait à approvisionner les navires à vapeur mais aussi à chauffer des habitations de la ville. 

Il se souvient que pour ce travail "on était bien payé [...] je suis resté sept ans. Malheureusement il a fallu qu'il y ait une catastrophe". La raison : une tempête qui a englouti les deux grues.

Les quais étaient abîmés. Il y avait un creux de 30 mètres au dessous des quais et ça faisait un moment que ça devait être réparé et ça n'a pas été fait. La grue a penché et elle est partie à la flotte

Norbert Bry, grutier dans les années 50

 

Une période de sa vie dont il se souvient. Karim-Augustin Baïla et Jérôme Anger ont receuilli son témoignage.

 

Les deux structures feront quand à elles l'objet d'une expertise de la part du DRASM, le département des recherches en archéologie sous marines dans les prochaines semaines.