Des affaires de revenge porn et de trafic de stupéfiants jugées à Saint-Pierre et Miquelon

justice saint-pierre (spm)
palais justice saint-pierre
©SPM la 1ère

L'audience mensuelle du Tribunal correctionnel de Saint-Pierre et Miquelon a eu lieu mardi 25 mai. A l'ordre du jour, une affaire de détention de stupéfiants une autre d'offre à un mineur. Les juges ont examiné également un dossier de revenge porn.

Le tribunal a d'abord rendu sa décision dans deux affaires sur fond de rupture. Les deux auteurs, de sexe masculin, ont été reconnus coupables et condamnés à dix-huit mois de sursis probatoire. Le premier a reconnu coupable d'avoir diffusé sans l'accord de son ex-conjointe des images d'elle à caractère sexuel sur un site pornographique. Il devra faire l'objet d'un contrôle des services pénitenciaires, d'insertion et de probation durant trois ans. Il devra également indemniser la victime à hauteur de 2 000 euros. 

À lire aussi : Des affaires de violences et de "revenge porn" devant le tribunal de Saint-Pierre

Le second, reconnu coupable de violation de domicile et de violences envers son ex-conjointe, mais surtout envers son rival qui était mineur au moment des faits, sera suivi sur deux ans. Il doit aussi se soumettre à des soins psychologiques. Le rival agressé, ses parents et l'ex-conjointe seront indemnisés à hauteur de 6 000 euros au total. 

Une nouvelle affaire présentée

Une affaire de détention et cession ou offre de stupéfiants à un mineur était présentée devant le tribunal. Le mis en cause est un homme d'une soixantaine d'années. Une jeune femme, ex-partenaire du prévenu aurait obtenu de ce dernier du cannabis. Les faits se seraient déroulés entre juillet 2018 et mai 2019. À l'époque, elle était mineure. Le prévenu est aussi entendu pour détention. Plus de trois grammes de cannabis ont été retrouvés à son domicile, il a reconnu les faits. 

Le prévenu a toutefois nié sa consommation de stupéfiants et justifie la détention "à des fins thérapeutiques". Le tribunal a rappelé que la loi l'interdit. Le Procureur a requis 18 mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende. Le délibéré de cette affaire sera rendu le 22 juin prochain.