Stanislav Kholmogorov : "Je voudrais transmettre un peu de la culture russe à Saint-Pierre et Miquelon"

musique
stanislav
Stanislav est arrivé à Saint-Pierre en 2005, mais s'y est définitivement installé seulement en 2020. ©SPM la 1ère
Bien connu de l'archipel, Stanislav Kholmogorov est un artiste aux multiples facettes. Musique, théâtre, ce russe de 75 ans a quitté son pays très jeune, pour travailler au Canada, avant de s'installer à Saint-Pierre et Miquelon.

Stanislav est un enfant de l’Oural, né sur les rives du fleuve Kama. Il grandit à Iekaterinbourg et, dès l'âge de 19 ans, apprend le théâtre à Moscou. Attiré par la langue de Molière, il quitte le pays de Tolstoï en 1995. Direction : la Canada puis Saint-Pierre et Miquelon.

Je n’étais pas vraiment bien populaire comme artiste ici (à SPM). J’ai été invité comme professeur de cet instrument (balalaïka) pour madame Arthur. Ensuite, j’ai donné des cours de langue russe.

Stanislav Kholmogorov

 

Ses cours, il les dispense d'abord à Thérèse Arthur. Sa première élève en 2005 deviendra son épouse quatre années plus tard. Ils feront leur mariage civil à Saint-Pierre et leur mariage religieux dans une église orthodoxe de Montréal.

Pendant plus de dix ans, Stanislav et Thérèse vivent par intermittence entre Montréal et l'archipel, où il donne régulièrement des concerts en duo avec Thierry Arthur.

Un croisement de culture inédit sur l’archipel

 

Entre eux, Stanislav et Thérèse parlent russe. Selon elle, il est "indispensable de parler la langue pour bien comprendre le caractère d'un russe" ! Après les cours et les concerts de balalaïka, Stanislav commence d'ailleurs à donner des leçons de langue russe. Il les dispense encore une fois en premier lieu à son épouse, puis aux autres élèves. 

Je pense que Saint-Pierre et Miquelon est un petit éden pour moi et pour beaucoup de gens.

Stanislav Kholmogorov 

 

Stanislav s'installera finalement (et définitivement) à Saint-Pierre en 2020. L'artiste et professeur continue encore aujourd'hui de partager un peu de la/sa Russie. En attendant peut-être, un jour, de la retrouver…

©saintpierreetmiquelon