publicité

Criminalité et violence en Guadeloupe et en Martinique : les mesures de Taubira

Une circulaire de politique pénale aux procureurs généraux de Basse-Terre et de Fort-de-France : Christiane Taubira, Ministre de la Justice y définit ses priorités en 4 axes.

La garde des Sceaux Christiane Taubira à Paris, mardi 29 octobre 2013 © François Guillot/AFP
© François Guillot/AFP La garde des Sceaux Christiane Taubira à Paris, mardi 29 octobre 2013
  • Par Catherine Le Pelletier
  • Publié le , mis à jour le

Record absolu

 La Guadeloupe bat un triste record et se hisse en tête des Départements où la criminalité est en hausse. Pour la seule année 2013, on comptabilise 60 homicides en Guadeloupe et aux Iles du Nord. Face à cette montée inquiétante de la criminalité, accompagnée d’une montée tout aussi inquiétante de la violence qui tente de se banaliser, la Ministre de la Justice dresse 4 axes prioritaires, dans une circulaire générale de politique pénale.
Les Parquets des Antilles ont désormais une ligne à tenir et la lutte contre différentes formes de criminalité et la violence est accentuée.


Les 4 axes

L’objectif est clair : diminuer la criminalité et la violence. Pour ce faire, Christiane Taubira décline les orientations fortes dans son document qui comprend 4 objectifs :
« La réduction des violences, la maîtrise de la surpopulation carcérale*, le renforcement de la lutte contre la criminalité financière et organisée et la préservation de la richesse du patrimoine naturel ».
Pour mener à bien son objectif, la Garde des Sceaux précise que « cette mobilisation de l’institution judiciaire et de l’ensemble des services de l’Etat doit trouver son écho dans celle de toutes les forces vives locales, des acteurs locaux institutionnels et du tissu associatif au premier chef ».
 
 
* A Baie-Mahault, le centre pénitentiaire souffre d’une surpopulation estimée à 170% (NDLR)

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play