Grève de la faim de Jocelyn Pinard : la réponse de Total

société
Siège de Total Guadeloupe bloqué
©J.Babel
Le 10 mars Jocelyn Pinard a entamé une grève de la faim. Il dénonce les conditions de licenciement des employés de la station service Total de Valkanaers et réclame des indemnités au groupe. Ce dernier s'exprime sur le sujet, via un communiqué et appelle à un apaisement de la situation.

Statu quo

Total Guadeloupe tient à rappeler publiquement qu'il n'existe aucune relation contractuelle liant l'entreprise avec Monsieur Jocelyn Pinard. Il n'a tout simplement jamais été employé par Total Guadeloupe, qui ne peut donc donner suite à ses demandes.”
Cet extrait du communiqué rappelle la position du groupe depuis le début de cette affaire. Total déclare par ailleurs être “sensible” au désarroi de Jocelyn Pinard et “préoccupé par son état de santé”.

Sodisca

Le troisième paragraphe revient sur le licenciement des employés de la Station de Valkanaers à Gourbeyre. Selon le groupe, vu que c'est la Sodisca qui employait le personnel et exploitait l'établissement de façon autonome, c'est à elle que reviendrait la charge des indemnités. Seulement cette société a été liquidée, d'où les licenciements et l'évaporation des indemnités, dans le même temps. Une situation que le groupe aurait expliqué à Jocelyn Pinard avant qu'il n'entame sa grève de la faim.

Appel au calme

Rien ne peut se résoudre par la force et la contrainte” selon Total.
Ces derniers jours les membres de l'UTPP-UGTG ont décidé de procéder, dans le calme, au blocage des enseignes et du siège du groupe. Total évoque ses collaborateurs, ses clients et les riverains de ses enseignes dont il dit se préoccuper de la sécurité.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live