Terrorisme: la Ligue des Droits de l'homme, section de Guadeloupe, dénonce les projets de renforcement des pouvoirs des policiers et gendarmes

politique
Le projet gouvernemental de renforcement des pouvoirs de la police et de la gendarmerie contesté par la ligue des Droits de l'Homme de Guadeloupe
©Olivier Lancien.
Hubert Jabot, le président de la section Guadeloupe de la ligue des Droits de l'homme dénonce le projet de renforcement des pouvoirs des policiers et des gendarmes pour lutter contre le terrorisme en France. Un projet de loi est dans les tuyaux législatifs pour remplacer l'état d'urgence. 
Le projet de loi du gouvernement serait "liberticide" selon les défenseurs des libertés publiques. Nous l'avons appris ce mardi 05 janvier 2016, le gouvernement prévoit de renforcer les pouvoirs d'intervention de la Police Nationale et de la Gendarmerie Nationale pour lutter prévenir tout attentat sur le sol français. Au-dela de la polémique sur la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux nés sur le sol français et accusés d'être auteurs d'actes de terrorisme, il y a de nombreux dispositifs en gestation. 
Le gouvernement de Manuel Valls et le président de la République, François Hollande réfléchissent à un ensemble de dispositions qui donnent des pouvoirs étendus au préfets de région. 
C'est le quotidien Le Monde qui a dévoilé une partie de ce projet gouvernementale dans son édition de mardi. 

Des perquisitions de nuit pourront être possibles y compris au sein des domiciles. Des perquisitions décidées par les préfet en cas de soupçon d'entreprises terroristes. Jusqu'à présent, seul un magistrat peut autoriser ces perquisitions dans le cadre d'une enquête judiciaire ouverte. Les policiers pourront, comme les gendarmes aujourd'hui utiliser leur arme de service sans qu'il y ait la légitime défense mise en avant. Des assignations à résidence pourront aussi être ordonnées. Même les rétentions de 4 heures pour vérification d'identité vont aussi être possibles. Peu importe que la personne contrôlée présente une pièce d'identité. Cette rétention de 4 heures va aussi concerner les mineurs même en l'absence de leur avocat.
De graves atteintes aux libertés individuelles. 

 

Hubert Jabot, le président de la Ligue des Droits de l'Homme section Guadeloupe



Des mesures d'exception qui vont devenir ordinaires. Le gouvernement serait-il en train de mettre sur pied un véritable "patriot act" à la française?  La ligue des Droits de l'Homme entend protester vigoureusement.