Nwèl Kakadò : journée de transmission au sein des écoles de Vieux-Habitants

noël la guadeloupe
Transmission Nwèl Kakadò
©Christian Danquin

Convivialité, partage et, même, émotion... les élèves de l'école de Marigot, à Vieux-Habitants, se souviendront longtemps de ce jour où ils ont hérité de la tradition du Nwèl Kakadò, qu'ils ont désormais la responsabilité de transmettre, à leur tour.

 

Le Nwèl Kakadò

Savez-vous ce qu'est le Kakadò ? Et qu'est-ce donc que le bèlè ?

Pour connaître les réponses, à ces questions, il faut s'immerger dans la tradition musicale et culinaire perpétuée, depuis des décennies, dans la commune de Vieux-Habitants, à l'approche de Noël.

Au programme de cette célébration, placée sous le signe du partage et de la convivialité, il y a des chants de cantiques, l'élection des roi et reine de la crèche, des dégustations de mets locaux de saison et, pour clôturer l'évènement, le bèlè final, qui laisse la part belle aux percussions et aux voix.

Le Nwèl Kakadò tient son nom d'une petite écrevisse noire, dépourvue de pince, qui peuplait autrefois la rivière de Beaugendre et la Grande Rivière, sur le territoire de la commune. Mais ils se font de plus en plus rares...

Un Noël d'antan, donc, qui mérite d'être perpétué.

La transmission

Le Nwèl Kakadò ne peut avoir lieu, cette année, en raison des mesures sanitaires anti-Covid.

Qu'à cela ne tienne ! Les passionnés de tradition ont décidé de profiter de cette année blanche, pour transmettre aux plus jeunes les valeurs de cette célébration populaire.
C'est ainsi qu'une crèche kakadò a été organisée, à l'école élémentaire de marigot, à Vieux-Habitants, ce jeudi 17 décembre 2020. Un bélè est aussi programmé, demain, à l'école du bourg de la commune.
Des établissements scolaires, où le Nwèl Kakadò a été expliqué aux élèves, durant plusieurs jours, avant la fête de cette semaine. Des jeunes qui ont apprécié d'être plongés dans le patrimoine.

Dans ce contexte, la culture s'est révélée être un formidable outil pédagogique. Les classes ont parlé d'histoire, de biodiversité (en évoquant le Kakadò, victime de la pollution et de la pêche abusive), ont appris à connaître les produits locaux, ont découverts des contes et des chansons.

Aujourd'hui, donc, tous les ingrédients étaient réunis. 
En lieu et place des roi et reine, ce sont un prince et une princesse qui se sont vus confier la lourde responsabilité de transmettre la tradition. Ils ont participé à la symbolique cérémonie du bouquet.
Et, qui dit transmission dit aussi rencontres intergénérationnelles. Des échanges qui ont fait le bonheur des anciens qui ont participé à l'aventure, dont Sonia Ticout, membre de la chorale kakadò :

J'ai été émerveillée ! Surprise de voir comment les enfants ont pu transmettre, à leurs petits copains et copines, qu'est-ce que Nwèl Kakadò. Ils ont appris ça en peu de temps... c'est formidable ! Et j'en suis fière. Parce que nous, les aînés, je ne sais pas si on aurait pu en faire autant. Là, je me sens vraiment dans le bain, parce que l'intergénération c'est formidable ! Comme on dit, j'ai pris mon pied avec les enfants !

Sonia Ticout

En vidéo

Morceaux choisis de cette riche journée, qui a ravi petits et grands, au bénéfice de la tradition locale.

©Christian Danquin - Guadeloupe La 1ère