Bientôt la fin des dessertes maritimes, entre la Guadeloupe et la Martinique ?

transports
Enregistrement Express des îles
©Daniel Querin

L'Express des îles victime du retour des motifs impérieux entre la Guadeloupe et la Martinique. La compagnie maritime n'a cessé de réduire la voilure, faute de passagers en nombre suffisant. Et alors que des justificatifs leurs sont demandés, les voyageurs oscillent entre compréhension et agacement

On continue de parler de l'impact économique des restrictions décidées par le gouvernement, dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

Le retour des motifs impérieux, entre la Guadeloupe et la Martinique, a fini de mettre à genou les acteurs du tourisme, fermant désormais la porte aux voyageurs de l'île sœur, les seuls pratiquement qui, durant les vacances de carnaval, ont continué de venir dans notre archipel.

Parmi les entreprises impactées, il y a l'unique compagnie maritime desservant les deux territoires.

L'Express des îles réduit encore la voilure

Le fait que la restriction de motifs impérieux soit à nouveau applicable, pour les déplacements de voyageurs, entre la Guadeloupe et la Martinique, suscite de la crainte au sein de "L'express des îles & Jeans", comme l'explique Onick Deravel, le directeur général adjoint de la compagnie maritime.

L'impact du retour en vigueur de ces restrictions s'est fait ressentir de manière plus intense que prévu et nous a contraints à réduire de nouveau notre activité, pour passer à un unique aller-retour, entre la Guadeloupe et la Martinique... le dimanche.

Onick Deravel, le directeur général adjoint "L'express des îles & Jeans"

©Marie-Lyne Plaisir et Daniel Querin - Guadeloupe La 1ère

En temps normal, avant l'épidémie de Covid-19, la compagnie assumait sept dessertes hebdomadaires, entre la Guadeloupe, la Martinique, Sainte-Lucie et la Dominique. Seulement voilà : depuis mars 2020, les échanges avec les îles voisines anglophones sont impossibles.

Onick Deravel dénonce, par ailleurs, le manque de visibilité, quant à ce qui va se passer, dans les jours, semaines et mois à venir.


Pagaille à l'enregistrement

Onick Deravel l'évoquait : ceux qui prennent le bateau, actuellement, sont majoritairement les voyageurs arrivés en Guadeloupe avant l'application des motifs impérieux et qui retournent chez eux. En principe, ils ne devraient pas rencontrer de problème, pour embarquer. Encore faut-il qu'ils puissent justifier être domiciliés en Martinique. Or, tous n'avaient pas les justificatifs nécessaires...
D'où la file d'attente qui s'allongeait au guichet d'enregistrement, ce dimanche matin.

Dans la foule, les prévoyants... et les autres :

©Marie-Lyne Plaisir et Daniel Querin - Guadeloupe La 1ère

Pour aider, la compagnie fournissait des copies du document à remplir, pour signifier son motif de déplacement. Le justificatif de domicile, lui, pouvait être en version électronique ; un simple papier d'identité peut suffire, à condition que l'adresse indiquée soit la bonne. Cet homme l'a appris à ses dépens :

©Marie-Lyne Plaisir et Daniel Querin - Guadeloupe La 1ère

Pour rappel, seules les raisons personnelles, familiales, de santé relevant de l’urgence, ou professionnelles ne pouvant être différées, sont valables ; tels sont les dits "motifs impérieux".

Embarquement Express des îles
©Daniel Querin