C’est demain la date d’anniversaire de la loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées

handicap
Insertion handicap
Voté le 11 février 2005, la loi était censée améliorer la prise en charge au quotidien de ce public particulièrement vulnérable. 15 ans après nous nous sommes interrogés sur le quotidien de personnes qui souffrent d’un handicap ou alors qui sont des aidants …
 
La loi du 11 février 2005 voulait avant tout apporter des évolutions pour répondre aux attentes des personnes handicapées dans cinq grands domaines : la compensation, la scolarité, l’emploi, l’accessibilité, les Maisons départementales des personnes handicapées.
La loi met en œuvre le principe nouveau du droit à compensation des conséquences du handicap. Quels que soient l’origine et la nature de la déficience, l’âge ou le mode de vie de la personne.
De fait, l’adoption de la loi exprimait la volonté des pouvoirs publics de sensibiliser la société civile ainsi que les employeurs à cette problématique. « Toute personne handicapée a droit à la solidarité de l’ensemble de la collectivité nationale »

Sa traduction pratique devait favoriser :
- l'accessibilité généralisée pour tous les domaines de la vie sociale (éducation, emploi, cadre bâti5, transports) ;
- le droit à compensation des conséquences du handicap ;
- la participation et la proximité, mis en œuvre par la création des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).
Le texte a d'ailleurs été amélioré en 2016 pour préciser  :
- l'accessibilité des personnes en situation de handicap pour internet.
- l'alignement des droits dans la fonction publique sur ceux du secteur privé.

La réalité 15 ans plus tard


Force est de constater que même s’il y a eu des progrès, énormément de choses restent  encore à faire. C’est en tous cas le sentiment de Carole Cécilia,une maman dont le fils de 8 ans est trisomique.
Pour elle, bien peu de choses ont évolués dans la prise en charge de son enfant… elle a du se battre pour le faire scolariser et doit se rendre disponible deux fois par semaine pour les cinq professionnels de santé qui le suivent…

Pascale Pétrine Guadeloupe La 1ère

Carole Cécilia
Carole Cécilia ©P. Pétrine

Une mobilisation nationale pour la défense des droits des personnes en situation de handicap est relayée en Guadeloupe ce lundi matin  devant la MDPH au Gosier.

VOIR AUSSI : 

Postes créés à l'école, maintien de l'AAH… Qu'a annoncé Emmanuel Macron lors de la Conférence nationale sur le handicap ?