publicité

Une conférence "tout public" sur la problématique des 1000 premiers jours du nouveau-né

Chaque année, 5000 enfants naissent en Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Or la prématurité, de l’ordre de 10% des naissances est importante sur notre territoire, ce qui engendre des fragilités pour les nourrissons. Une situation que l'ARS veut prendre à bras le corps.

  • (Source ARS)
  • Publié le , mis à jour le
Pour l'ARS, il s'agit en premier lieu de faire diminuer, grâce au suivi pendant la grossesse, les cas de prématurité mais aussi les conséquences que cela peut engendrer sur le développement des enfants.
La période des 1000 premiers jours débute dès la fécondation (le tout premier jour de la grossesse) et se poursuit jusqu’à l’âge de 2 ans de l’enfant. Elle est caractérisée par une très grande sensibilité à la nutrition, à la pollution, et à d’autres facteurs environnementaux, qui influencent la constitution du capital santé de l’enfant pour le reste de sa vie.

De nombreuses recommandations existent pour accompagner le développement du foetus et de l’enfant dans cette période. Ainsi, une politique publique de prévention coordonnée sur les 1000 premiers jours entre professionnels de santé et professionnels de la petite enfance constitue une solution pertinente pour améliorer les indicateurs de périnatalité et le capital santé des générations actuelles et futures.

 

L’agence Régionale de santé organisait la première conférence régionale sur le sujet. La manifestation s'est déroulée ce samedi au CWTC en présence du Professeur Laurent Storme, pédiatre référent national sur les "1000 premiers jours".
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play