Contrôles routiers : Une majorité de conducteurs sous l'empire de l'alcool

sécurité
Gendarmes
©Christian Danquin
22 procès verbaux pour conduite sous l’empire d’alcool ou de stupéfiants. La chasse au contrevenant sur nos routes continue… Elle a été mené ce week-end, notamment sur le secteur de Jarry, à Baie-Mahault…
31 familles endeuillées à la suite d’un accident de la route, c'est trop ! On déplore 31 victimes de l’insécurité routière depuis le début de l’année : 9 automobilistes, 14 cyclomotoristes et 8 piétons. Statistiquement, c’est légèrement mieux qu’en 2017. A la même période, on comptait 33 victimes et 41 personnes décédées sur l’année…
Mais cela reste encore bien trop important.
 

Trop de chauffeurs sous l'empire de l'alcool

Les causes de ces accidents sont connues. Une fois sur deux, l'alcool est au cœur de ces drames… La chasse au comportement délictueux reste donc de mise… Dans la nuit de samedi (27 octobre) à dimanche (28 octobre), la gendarmerie a ciblé les conduites sous alcool et stupéfiants sur Jarry, à Baie-Mahault. Cette présence accrue des forces de l’ordre sur le terrain a été demandée par le préfet pour lutter contre les addictions aux abords des lieux festifs et verbaliser les contrevenants.

L’escadron de sécurité routière de la gendarmerie a contrôlé une cinquantaine de véhicules dans la zone, en présence de David Percheron, sous-préfet. 22 procès verbaux ont été dressés. On constate un nombre toujours importants de conduite sous l'emprise de l'alcool. Durant ce contrôle, il y a donc eu 12 rétentions immédiates de permis pour conduite sous alcoolémie supérieure à 0,40 gr/l de sang, 5 contraventions avec 135 € d’amende et retrait de 6 points pour conduite sous alcoolémie inférieure à 0,40 gr/l de sang. Une conduite sous stupéfiants, mais également 1 détention de produits stupéfiants ont été constatées. 
Au tableau des autres infractions, on retrouve 1 contrôle technique périmé depuis 2 ans, 1 conduite sans assurance et 1 vitre teintée.

A (re) voir le reportage de Jean-Marie Mavounzy et Carole Petit :
©guadeloupe
Les Outre-mer en continu
Accéder au live