Le Coronavirus a eu raison de la Mi-carême, en Guadeloupe

coronavirus
Les masques chirurgicaux remplacent les Mas
Si la crise n'avait pas frappé à nos portes, les Guadeloupéens auraient célébré la mi-carême, ce jeudi 19 mars. Mais en accord avec les directives gouvernementales de confinement, pour empêcher le coronavirus de se propager, les fédérations du carnaval ont très logiquement annulé les défilés.
Pas de défilé en rouge et noir, cette année. Les Carnavaliers doivent se résigner et faire le deuil de la mi-carême.
Toutes les manifestations sont annulées et aucun évènement ne peut y échapper. Aucune dérogation n'est accordée ; pas même pour la tradition.

Pour ce qui est de l'avenir, Willy ABARE, le président de l'Office du Carnaval, voudrait bien que les groupes, mais aussi la population, mènent une réflexion sur le devenir de la mi-carême.
Ce rendez-vous a déjà disparu dans d'autres régions... et force est de constater qu'il ne mobilise plus autant qu'avant, en Guadeloupe.
Ce jour-là, les groupes sont bien moins nombreux et le nombre de membres, dans leurs rangs, apparait réduit lui aussi.
Willy ABARE déplore cette perte d'intérêt et souhaite redynamiser la mi-carême, plutôt boudée par les groupes à caisses claires.

Malgré tout, le carnaval 2020 restera un bon cru et la tradition a de beaux jours devant elle car, désormais, on défile sans se préoccuper du calendrier. Les déboulés sportifs et les "Mas Vakans" en sont la preuve !