Covid-19 : un débat sur twitter pour sensibiliser les jeunes

coronavirus
radiococotier
Principalement implanté sur Twitter, le média Radiococotier vise à lutter contre la désinformation sur les réseaux sociaux. C'est pourquoi il organise, ce samedi, un débat entre jeunes et professionnels de santé afin qu'ils partagent ressentis et avis concernant la situation sanitaire actuelle.

Informer et sensibiliser au maximum les jeunes concernant la situation sanitaire actuelle, telle sera la mission du média Radiococotier ce samedi 11 septembre à partir de 19 heures. A travers un échange en live sur Twitter avec des représentants du secteur de la Santé aux Antilles et des professionnels de santé, chacun sera libre de participer à ce débat qui se veut participatif. Et cela, via le compte twitter de RadioCocotier.

L'émission se déroulera en distanciel avec des intervenants dans le même cadre qu'une émission radio. Avec notamment la participation du Dr Valérie Denux, directrice générale de l’ARS Guadeloupe, du Dr Patrick Portecop, chef de service du SAMU du CHU de Guadeloupe et également du Dr Marc Valette, chef du service de réanimation du CHU de Guadeloupe.

Nous avons fait le choix de ce mode de diffusion pour des raisons tout d'abord pratiques (pour nous et nos intervenants) mais également stratégiques puisque la popularité des Spaces Twitter, surtout chez les jeunes, ne cesse de croître. 

Camille Ullindah, co-porteuse du projet



L'objectif : lutter contre la désinformation et les fake news sur les réseaux sociaux.

Concernant l'organisation de l'émission, celle-ci se déroulera en deux parties distinctes.

  • Une première partie où la parole sera donné aux invités, pour qu'ils puissent s'exprimer librement face aux jeunes et partager leur ressenti et leur avis concernant la situation sanitaire actuelle dont ils font face quotidiennement. Les auditeurs pourront réagir et poser leurs questions avec le hashtag #RCTalk sur les problématiques liées à la crise, la quatrième vague ou bien la vaccination. 
  • Et ensuite, une seconde partie participative. Après avoir donné la parole aux experts et professionnels de santé, un débat libre sera organisé. Personnels de santé, journalistes, militants, etc., pourront partager leur opinion librement.