Crise sociale : une cinquantaine d'agents du GIGN et du Raid envoyés en renfort sur l'archipel

social
GIGN
©THOMAS SAMSON / AFP
Le ministre de l'Intérieur annonce ce samedi l'envoi depuis la métropole d'une cinquantaine d'agents du GIGN et du Raid en Guadeloupe. Une réunion se tiendra lundi avec le Premier ministre, les parlementaires et les présidents des assemblées de la Guadeloupe, ainsi que le ministre de la Santé.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé ce samedi 20 novembre à Paris l'envoi d'une cinquantaine de membres du GIGN et du Raid en Guadeloupe, où violences, pillages et blocages ont émaillé la nuit de vendredi à samedi, sur fond de contestation du pass sanitaire.

Le département est soumis à des contestations fortes. Des tirs à balles réelles ont pu avoir lieu contre les agents de la force publique notamment des gendarmes ainsi que des pillages qui n'ont rien à voir avec la contestation sanitaire.

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur


"Le premier message est celui de la fermeté de l'État", a martelé M. Darmanin, alors que son collègue chargé des Outre-mer, Sébastien Lecornu, annonçait qu'une réunion se tiendrait lundi soir autour du Premier ministre, Jean Castex, avec les parlementaires et les présidents des assemblées de la Guadeloupe, ainsi qu'avec le ministre de la Santé Olivier Véran. En attendant, le préfet de Guadeloupe, Alexandre Rochatte, a reçu mandat pour poursuivre le dialogue politique sur l’île.

200 policiers et gendarmes avaient déjà été déployés en renfort vendredi 19 novembre. Ce sont donc au total 250 renforts qui viennent s'ajouter aux 2000 forces de l'ordre déjà en poste ou déployés dans l'archipel.