Dès ce mercredi, la Préfecture renforce les circonstances qui rendent obligatoire le port du masque

coronavirus
Port du masque obligatoire
Les chiffres sur la circulation du virus sont désormais particulièrement alarmants. De fait, et en se fondant sur les recommandations du Haut Conseil Scientifique, la Préfecture a décidé d'élargir dès demain le dispositif du port du masque en Guadeloupe
Le nouveau communiqué de la Préfecture précise tout d'abord que c'est en tenant compte des précisions apportées par le Conseil d'Etat qu'elle a adopté le nouveau dispositif qui précise le périmètre des zones où le port du masque est désormais obligatoire en Guadeloupe.

De fait, dès ce mercredi 9 septembre et jusqu’au mardi 29 septembre 2020 inclus, le port du masque est obligatoire pour toute personne âgée de onze ans et plus qui se trouve :

> dans toutes les rues où se trouvent une école élémentaire, un collège, un lycée, un établissement d’enseignement supérieur ou un établissement de formation professionnelle ;
> dans toutes les rues où se trouvent les établissements suivants :
• tout type de commerces de vente et de réparation, y compris les marchés couverts et ouverts ;
• les lieux de vente à emporter ;
• les établissements à vocation commerciale destinés à des expositions ou à des salons ;
• les administrations et les banques ;
• les restaurants et les débits de boissons ;
• les établissements sportifs couverts et de plein air, les stades et les hippodromes ;
• les pharmacies, les cabinets médicaux et les établissements de santé ;
• les établissements de culte ;
• les gares routières et maritimes ainsi que les aéroports ;
• les salles d’auditions, de conférences, de spectacles et de cinémas, les musées et les établissements
d’enseignement artistique ;
• les salles de jeux ;
• les bibliothèques, centres de documentation ;
• les hôtels et pensions de famille, les établissements d’éveil, d’enseignement, centres de vacances,
centres de loisirs sans hébergement.

La Préfecture précise par ailleurs que cette mesure prise par elle fait aussi suite à 22 arrêtés préfectoraux pris à l'échelle communale en août dernier.