Dissolution du SIAEAG : des employés inquiets et des élus en ordre de bataille pour « l’après »

économie
SIAEAG
©C.Danquin
Depuis l’annonce par l’ex- préfet de Guadeloupe Philippe Gustin de la mise en route du dispositif devant mener à la dissolution du syndicat, les réactions se multiplient et l’inquiétude monte dans les rangs des employés.
C’était le 14 juillet dernier.
En amont des manifestations organisées dans le cadre de la célébration du 14 juillet, Philippe Gustin – ex- préfet de Guadeloupe, désormais directeur de cabinet du ministre des Outremers Sébastien Lecornu – annonçait à plusieurs élus en charge de la question de l’eau, la mise en œuvre des mesures devant mener à la dissolution du Syndicat d'Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe.
Une annonce qui aura suscité de nombreuses réactions, de la part des élus, mais aussi de l’inquiétude dans les rangs des employés.
 

Pas (encore) grève, mais en retrait et en alerte.

Une réunion extraordinaire a eu lieu ce lundi 20 juillet au sein de la structure. Les salariés se sont retrouvés entre autre pour rappeler qu’ils ne sont pas en grève pour l’instant, bien qu’un préavis a été déposé par la CGT et l’UGTG. Le service continue pour l'instant mais les employés entendent bien appliquer leur droit de retrait et leur droit d’alerte.
Siaeag réunion extraordinaire du personnel
©C.Théophile

Béatrice Simion, déléguée du personnel, au micro de Christelle Théophile et Christian Danquin :

Béatrice Simion/ Siaeag


Leurs inquiétudes sont multiples. La dissolution du SIAEAG devrait avoir pour effet immédiat leur licenciement. A très court terme se pose d’abord la question de leurs salaires. Ils ont demandé à ce qu’ils soient garantis en attendant la création de la structure unique. Une autre problématique est celle de leur répartition. Où iront- ils ensuite ? Dans quelles conditions ? Ils ont demandé le transfert de l’ensemble du personnel au sein de la nouvelle entité, une fois celle- ci créée.
                                                                  

Les élus dans les « starting- blocks

Autre effet de l’annonce de la dissolution : le positionnement des uns et des autres pour « l’après- SIAEAG ».
Les services de la préfecture ont avancé un projet d’entente entre deux communautés d’agglomération, Cap Excellence et la Riviera du Levant et avec le concours de la régie personnalisée Eau d’Excellence.
Une proposition qui a fait réagir le président de la CARL, Cédric Cornet. Il a notamment fait part de son avis au président de Cap Excellence Eric Jalton, au sujet de l’entente entre régie personnalisée et EPCI. Cédric Cornet a par ailleurs proposé à Eric Jalton de le rencontrer à ce sujet, ce lundi 20 juillet.

Courrier de Cédric Cornet à Eric Jalton

 


Le président de Cap Excellence a répondu à son homologue, également par écrit. Eric Jalton s'est dit surpris non seulement du caractère selon lui « agressif » du courrier de Cédric Cornet, mais aussi des « informations inexactes » sur lesquelles il est en partie fondé.

Courrier d'Eric Jalton à Cédric Cornet


 

L’eau sort de Capesterre !

C’est Jean- Philippe Courtois qui le rappelle dans un communiqué émis ce jour.
Le maire de Capesterre- Belle- Eau, rappelle qu’il est selon lui « inadmissible » que Cap Excellence et la Carl soient amenées à gérer les unités de production de Belle- Eau Cadeau et de la Digue…Deux usines qui se situent sur le territoire de Capesterre- Belle- Eau et qui sont actuellement gérées par le SIAEAG.
Le maire de la commune précise également que le conseil municipal exige que ces sites de production soient gérés par la Communauté d’Agglomération Grand Sud Caraïbes dans l’attente de la création du syndicat unique de l’eau.
Communiqué Jean- Philippe Courtois/ SIAEAG
©La 1ère

Jean- Philippe Courtois répond à Eric Stimpfling :

Jean- Philippe Courtois







 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live