L'Etat assigné en justice pour réparation de l'esclavage

justice
Procès réparation esclavage
C’était une première en Guadeloupe, une assignation de l’Etat devant la justice sur la question des réparations de l’esclavage et de la traite. Le délibéré est attendu le 7 septembre prochain...
Une assignation historique en Guadeloupe  introduite à la demande de citoyens, du comité international des peuples noirs et du comité international pour les réparations.
La requête est claire : l’installation d’une commission d’experts pour évaluer le préjudice subi.
4 avocats ont ainsi défendu aujourd’hui l’idée que si la loi Taubira de 2001 reconnait l’esclavage et la traite négrière comme des crimes contre l’humanité, il doit y avoir réparation.
Maître Roland Ezelin, l'un des avocats des plaignants

Me Roland Ezelin


Mais pour l’avocat de l’Etat si la question historique et mémorielle ne pose aucun problème, aujourd’hui juridiquement la réparation n’est pas possible parce que la requête est irrecevable et que les faits sont prescrits…
Maitre  Alexandre DE JORNA 

Me Alexandre DE JORNA

La décision de la justice sera donc connue le 7 septembre prochain. Mais d'ores et déjà, le collectif des plaignants promet de persister à tous les niveaux de l'échelle judiciaire pour se faire entendre et avoir gain de cause.