publicité

Fond Richer ou, quand un quartier se prend en main pour lutter contre la violence

Ils ont souvent été cités par le passé dans les faits d'actualité sur la violence. Depuis, les jeunes de Fond Richer à Baie-Mahault sont en train de changer l’image de ce quartier dit sensible, à travers notamment le « groupe a pô » Inité Mas.

  • Ch. Horn
  • Publié le
Lorsque l’on parle de ce quartier, on voit généralement des jeunes portant des dreadlocks, circulant à booster, fumant le cannabis, et livrés à eux-mêmes… Des jeunes souvent stigmatisés, à cause d’actes de violence présumés, qui ont pu défrayer la chronique pendant des mois. Beaucoup de Guadeloupéens traversaient Fond Richer la peur au ventre…
Aujourd’hui, les choses ont changé, cette zone sensible commence à s’ouvrir et la parole s’y libère. Fond Richier, l’oublié, redevient attractif. Et les résidents du quartier y contribuent

Chantal Horn Guadeloupe La 1ère

La création du « groupe a po » Inité Mas, dans le quartier, a permis de changer le regard sur ceux qui vivent là. Ayo, membre du mouvement culturel Inité Mas, de Fond Richer

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play