Gisèle Pineau Lauréate du Prix du roman historique, pour "Ady, soleil noir"

livres
Gisèle Pineau
Gisèle Pineau ©ULF ANDERSEN / AURIMAGES VIA AFP
Habituée à inventer des histoires, Gisèle Pineau s'est essayée à la biographie. L'oeuvre sortie de ce travail est un coup de maître ! L'auteur vient d'être désignée lauréate du Prix du roman historique, pour "Ady, soleil noir", qui retrace le parcours d'Adrienne Fidelin, muse oubliée de Man Ray.

Pour la première fois, le Prix du roman historique récompense un auteur ultramarin. La Guadeloupéenne Gisèle Pineau en est la lauréate 2021, pour son oeuvre "Ady, soleil noir", publié aux éditions Philippe Rey, en janvier dernier.

Ady Soleil noir - Gisèle Pineau

L'écrivaine a consacré cet ouvrage à un personnage méconnu, originaire de son archipel : Adrienne Fidelin, dite "Ady", qui fut la muse du photographe américain Man Ray, après leur rencontre, peu de temps avant la seconde guerre mondiale, à Paris.

Gisèle Pineau se dit surprise et ravie de cette distinction. D'autant que c'est la première fois qu'elle se lançait dans un tel travail de biographie, qui a nécessité de conséquentes recherches préalables. La romancière a beaucoup appris, sur les traces d'Ady. Son souhait est que ses lecteurs en sachent aussi davantage sur cette époque parisienne, durant laquelle de nombreux Guadeloupéens se sont illustrés :

Gisèle Pineau : "Je ne savais même pas que j'étais en sélection, dans ce prix. C'est tellement fabuleux !".

Gisèle Pineau a estimé que c'était à elle, Guadeloupéenne, de parler de cette "muse oubliée" que Man Ray a sincèrement aimée, durant l'entre-deux guerres :

Gisèle Pineau : "Je suis avant-tout une romancière, j'invente des histoires. Mais elle était tellement magnifique ! Cette histoire est tellement romanesque !".

Le Prix du roman historique récompense l’auteur d’un roman historique destiné aux adultes. Il a été instauré, en 1998, par l’ancien ministre de la culture, Jack Lang. 

Les autres ouvrages nominés cette année étaient ceux de :

  • Sandrine Berthet, "Jetés aux ténèbres", éditions du Sonneur ;
  • Bruno Doucey, "Ne pleure pas sur la Grèce", éditions Bruno Doucey ;
  • Alexandra Lapierre, "Belle Green", éditions Flammarion ;
  • Xavier Le Clerc, "Cent vingt francs", éditions Gallimard ;
  • Andreï Makine, "L’Ami arménien", éditions Grasset ;
  • Jean-Michel Mariou, "Poison d'or", éditions Verdier ;
  • Guillaume Meurice, "Le Roi n’avait pas ri", éditions JC Lattès.

Le Prix 2021, doté de 3000 €, sera remis à Gisèle Pineau, le vendredi 8 octobre, au Conseil départemental de Loir-et-Cher.