Grand Baie, une réalité de vie qui se bat contre les caricatures en tous genres

vie locale
©Guadeloupe
Au commencement, il y avait un quartier choisi par des travailleurs pour être le lieu où ils vivraient. De longues années de combats n'ont pas permis à tous de faire reconnaître leurs droit de propriété. Et si la prostitution en a fait un lieu décrié, Grand Baie reste la terre de ceux qui se battent aujourd'hui encore pour la posséder pleinement

Le quartier de Grand-Baie s’étend sur 11 hectares, à l’entrée de la ville du Gosier et au pied du Fort Fleur d’épée, sur une ancienne zone abritant un écosystème de marais maritime d'un grand intérêt écologique floristique et faunistique.

Plage de Grand Baie
. ©Guadeloupe Tourisme


C'est à partir des années 1960 et malgré l’insalubrité, que des familles choisissent de s'installer sur le site, alors que, pour beaucoup, ils sont sans titre de propriété. C'est ainsi que se crée de toute pièce un nouveau quartier dont l’organisation s'est faite petit à petit, de façon anarchique, l'insalubrité et la promiscuité s'alliant gentiment à la douceur de vivre et la beauté du lieu.

Aujourd'hui, le quartier abrite près de 350 habitants, la majorité étant locataires de leur logement. Bon nombre de logements demeurent cependant insalubres ou régulièrement inondés. À la fin de 1993, une procédure de résorption de l’habitat insalubre (RHI) a été engagée pour améliorer les conditions de vie des résidents et plusieurs études et aménagements successifs ont été réalisés entre 1993 et 2017.

Entrée de Grand Baie
Entrée de Grand Baie ©Guadeloupe Tourisme

L’Association de Défense et de Gestion des Intérêts des Grand-Bayziens (ADEGIG) continue de revendiquer avec d'autres les titres de propriété qui permettront à ses habitants de continuer de vivre sur ce site.

Si des promesses leur ont été faites sous la municipalité de Jacques Gillot, avec Jean-Pierre Dupont, l'accent est mis sur les risques sismiques ou de raz-de-marée pour proposer de reloger les habitants du quartier ailleurs et faire de Grand Baie une zone balnéaire ludique. 

L'opposition des riverains a contraint la municipalité à freiner ses ambitions.

Le changement de municipalité lors des dernières élections a aussi remis tous les compteurs à zéro. Et désormais c'est à la municipalité de Cédric Cornet de répondre à la revendication des résidents historique de Grand Baie.

Pour les habitants de Grand Baie, la vie reste un combat qui se mène chaque jour.

©Guadeloupe