Il était une fois, une petite sirène noire, l'héroïne aux cheveux crépus

livres
Cheveux mouillés
"Cheveux mouillés" ©J. Servier
Une histoire que Joshua Servier, un jeune auteur-illustrateur guadeloupéen a voulu raconter avec son crayon pour décomplexer toutes les petites filles de 5-10 ans qui auraient encore un tel problème à s'admettre telle qu'elles sont

"Cheveux mouillés" est un parcours que Joshua Servier continue de mener seul. auto-édité et sorti le 25 août 2022, le jeune Guadeloupéen dépeint l’histoire d’une petite sirène noire, prénommée Mélyka. Elle qui peine à accepter ses cheveux va passer par différentes étapes afin de les accepter, au fil de cet ouvrage de 64 pages, destiné au 5-10 ans

Mélyka
. ©J. Servier

Joshua est un jeune Guadeloupéen talentueux que le mouvement Black Lives Matter a poussé à sortir de ses schémas pour prendre sa part dans la réflexion collective. Elle va le conduire tout d'abord à vouloir mettre son talent au service de la représentation des noirs dans ses créations. 

Passionné de dessin, après des études de cinéma, audiovisuel et illustration, il a dû mal à se retrouver dans ce qui se fait et il crée son propre magazine à Lyon, "Jamais le mardi"

Joshua Servier
Joshua Servier ©J. Servier

Pourtant, loin de se contenter de cela, il se laisse interpeller par tout. Et le voilà, à 30 ans, se lançant dans une nouvelle aventure. Et pas n'importe laquelle puisque dans sa bande dessinée intitulée " Cheveux Mouillés" et destinée aux enfants de 5 à 10 ans, il raconte l'histoire de Mélyka, une petite sirène noire a du mal à accepter ses cheveux . Et tout au long des 64 pages, c'est l'évolution de son état d'esprit qui prend corps sous le crayon de Joshua Servier.

J’ai voulu créer un personnage pouvant contribuer à se forger dès le plus jeune âge de l’amour-propre, de l’estime de soi, et aborder la question du traitement des cheveux dans la communauté afro, longtemps méprisés, notamment à cause de ce qu’on nous montre dans les dessins-animés, clips, séries, le cinéma, les pubs… Plus tôt on s’attaque à ces problèmes, mieux on peut faire changer les mentalités.

Joshua Servier

D'ailleurs, Joshua n'est pas aller chercher très loin l'histoire de sa petite sirène à lui. Elle ressemble pour beaucoup à l'une de ses cousines qui, elle aussi, a été confrontée à ce problème d'admissions de soi-même. Alors, il lui semble important de crever un abcès dont on ne parle jamais en terme d'éducation tout simplement. Quelque chose qui puisse accompagner la réflexion sans la stigmatiser.

Cheveux mouillés
"Cheveux mouillés" ©J. Servier

Mélyka, c’est le prénom d’une de mes cousines qui a rencontré des problèmes semblables à ceux de ma sirène. Suite à des moqueries, elle qui portait une superbe afro s’est défrisée les cheveux. Je sais que plein de filles, mais aussi de garçons, sont confrontés à ce genre de discrimination capillaire, qui peut aller bien plus loin, notamment au travail. On a complètement banalisé, voire naturalisé, le préjugé selon lequel plus on a les cheveux frisés, moins on serait une personne disciplinée.

Joshua Servier

Quant à la suite à donner à cet essai de maître, Joshua Servier ne l'a pas encore vraiment imaginée. Plusieurs options lui trottent dans la tête, comme d'ailleurs toute l'histoire de Mélika qui l'aura habité pendant trois ans. Alors, pour l'instant, il veut juste attendre et voir venir.

Mélyka 2
. ©J. Servier

(Source : Mademoizelle, Vivre Lyon et Jamais le Mardi)