Il explore les contrées guadeloupéennes inconnues

culture
Keny Bordin alias Oncle Ken sur Instagram
©Keny Bordin

Mêlant escalade, accrobranche, randonnée et natation, l'exploration n'est pas une mince affaire. C'est pourtant ce que fait Keny Bordin, baie-mahaultien de 22 ans, à travers le territoire guadeloupéen. Il partage ses aventures sur @Keen__, son compte instagram suivi par plus de 18 000 abonnés.

Les souvenirs de ses passages à travers les paysages les plus sublimes, Oncle Ken alias Keny Bordin, 22 ans, se les fabrique à l’aide de sa caméra et de son appareil photo. Des images animées ou des photos qu’il poste ensuite sur les réseaux sociaux. En effet, l’Instagram d’Oncle Ken compte pas moins de 18 000 abonnés.

C’est en organisant des journées randonnées en famille que tout débute pour Keny. "J’ai mon compte Instagram depuis 2015 mais je ne postais pas de photos sur les réseaux sociaux à ce moment. Avec ma sœur et ma cousine, on pratiquait déjà la randonnée mais on gardait nos jolis paysages pour nous", explique-t-il. Famille qui, ensuite, lui suggère de partager le fruit de ses explorations guadeloupéennes.

De fil en aiguille, il reçoit de nombreux commentaires positifs et son profil Instagram prend de l’ampleur. "De nombreuses personnes me contactaient pour partir en randonnée avec moi et aller explorer", explique-t-il. D’amateur, il en est devenu professionnel en passant son brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (BPJECS) pour devenir animateur sportif.

"J'aime le monde de la nature. Je peux très bien éteindre mon téléphone et me couper du monde pendant plusieurs heures."

Keny Bordin

 

"Mon projet est de faire partager la beauté de notre île et ses meilleurs spots à tous que ce soit aux locaux, aux touristes, aux personnes à mobilité réduite mais également aux enfants", raconte l'instagrameur. Et pour retrouver les jolis lieux que l'on peut retrouver sur son Instagram, Oncle Ken s'aidait au départ d'un GPS et d'une boussole. Par la suite et avec l'expérience acquise, il s'est détaché de ses outils pour s'orienter à l'instinct. "J'aime le monde de la nature. Je peux très bien éteindre mon téléphone et me couper du monde pendant plusieurs heures."

Ses explorations les plus dangereuses, c'est dans la zone basse-terrienne qu'il les a faites. "A Anse-Bertrand, je me suis déjà blessé plusieurs fois. C'est très compliqué en terme d'escalade. Et du fait de sa localisation côté mer, il n'y a pas d'autres choix que d'y accéder par l'eau." 

Et sur ce point, l'instagrameur met en garde ses abonnés. "Il y a certains lieux que je ne peux pas transmettre par peur de retrouver certains de mes followers blessés. C'est pourquoi j'organise des randos pour partager avec tout le monde les plus jolis paysages en toute sécurité".