L'indemnisation des agriculteurs des zones polluées par le Chlordécone devrait coûter plus de 3 millions d'Euros au SIAEAG

eau potable
Zone de captage en montagne
3 millions 200 mille euros. C’est le montant total des indemnisations que le SIAEAG s’est engagé à verser aux 23 agriculteurs, principalement des producteurs de bananes, impactés par les périmètres de protection des captages d’eau de la Basse-Terre, 
Ces indemnisations portent sur les zones de captage appartenant au Syndicat Intercommunal d’alimentation en Eau et d’Assainissement de la Guadeloupe. 
La réglementation relative au contrôle des eaux sanitaires impose des périmètres de protection autour des captages. Concrètement, cela veut dire que les terres doivent être protégées de toute pollution. Pour les agriculteurs exploitant ces parcelles, contraints de cesser leur activité, cela représente un préjudice conséquent. Le montant des indemnisations à verser aux 23 exploitations agricoles concernées, a ainsi été estimé à 3,2 millions d’euros. Et un calendrier de versement a été arrêté, la semaine dernière. 
Mais 2 problèmes majeurs se posent. Le 1er, c’est que ces opérateurs économiques ne sont pas suffisamment aidés pour s’installer ailleurs ou se reconvertir. Et faute de solution, ils risquent de reprendre illégalement leur activité, menaçant ainsi la qualité de l’eau. L’enjeu sanitaire est crucial : ces captages produisent plus de 85.000 m3 d’eau potable par jour. L’enjeu socio-économique aussi : ces exploitants agricoles sont désormais, sans activité professionnelle et sans perspective, et ils ont des charges qu’ils ne peuvent pas supporter. Mais, et c’est le second problème majeur, compte tenu du niveau de sa trésorerie, et sans paiement des sommes qui lui sont dues, le SIAEAG n’est absolument pas en mesure d’honorer ses engagements envers les agriculteurs.Ces derniers avaient fait part de leur impatience la semaine dernière.
Une nouvelle rencontre avec le Syndicat des eaux et les pouvoirs publics doit avoir lieu ce jeudi à 18h avec la préfecture, la Région, le Département, la régie Eau d’Excellence, les agriculteurs et bien sur le SIAEAG, afin de trouver une issue favorable.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live