Isidore Canope, militant socialiste et ancien maire de Bouillante est décédé à 84 ans

décès
Un décès survenu dans sa 84ème année.  L'homme avait marqué son époque en étant l'un des acteurs du Congrès de Rennes du Parti Socialiste, en mars 1990. Il faisait alors partie du courant de Jean-Pierre Chevènement. 
Mais il avait aussi présidé aux destinées de la commune de Bouillante en 1983 et 1984 et a aussi siégé au Conseil Régional.
Bouillantais, il l'était aussi dans ses passions et adhérait à l'association des colombophiles
Isidore Canope
Soucieux de la personne humaine, il fait partie en mars 1978 de l'équipe qui crée en Guadeloupe le Comité local de l'APAJH, L’Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés . Sa mission est d’accueillir des handicapés de toutes catégories : déficients mentaux, moteurs, sensoriels ou atteints de handicaps associés. Ce comité est affilié à la Fédération Nationale.
On le retrouve en 2007 à la tête du Rotary Club Fort Saint-Charles de Basse-Terre.
Mais Isidore Canope était surtout un scientifique. Docteur Ingénieur de l'Université P. Sabatier de Toulouse, il s'était attaché en 1982 à démontrer dans une thèse publiée avec Michel Candau, les atouts du porc créole; il soulignait alors que :

La population porcine des Antilles françaises est représentée par deux types génétiques : le porc de race Largewhite dont la caractéristique principale est sa bonne prolifération et sa relative facilité d'adaptation à des situations climatiques variées ; le proc indigène (porc créole) est intéressant pour sa grande précocité sexuelle (190 contre 225 jours pour le porc Largewhite). Les réponses différentielles de ces types génétiques à des conditions d'élevage et d'alimentation variable (poids d'abattage, niveau d'ingestion, taux azoté)̀ ont été étudiées soit avec les deux races de base (Largewhite et créole) soit en y ajoutant leurs deux croisements réciproques. Les interactions significatives observées ont mis en évidence la nécessité de définir des systèmes de production adaptés au contexte socio-économique de ces régions : abattage à des poids différents pour les deux races (65 pour le créole, 75 pour le Largewhite), maîtrise du niveau d'ingestion et économie de protéines (en finition et pendant la gestation). 

Il était aussi animateur scientifique de l'unité de Recherches au Centre INRA de la Guadeloupe et à ce titre, il a dirigé l'Unité Expérimentale de l'INRA, Antilles-Guyane