Le Jardin botanique victime de son succès, lors de sa réouverture

nature
Bassin carpes Koï Jardin botanique Deshaies
©Facebook/ Jardin botanique
Fermé depuis la mi-mars, en raison de la crise sanitaire et l'épidémie de coronavirus, le Jardin botanique de Deshaies a rouvert ses portes, ce samedi 13 juin. Le public a répondu présent, au delà des attentes de la direction. 
Après plusieurs semaines de fermeture, en raison du confinement et des mesures gouvernementales pour freiner la propagation du coronavirus, le Jardin botanique de Deshaies fêtait sa réouverture, ce samedi 13 juin. 
 

Des visiteurs respectueux des mesures sanitaires

Annoncée depuis quelques jours déjà, la réouverture de cet espace naturel, très apprécié des Guadeloupéens et des touristes, a été un franc succès. 
L'entrée gratuite et l'envie de retrouver notre nature ont attiré bon nombre de visiteurs. En plus des allées bordées de fleurs, plantes et arbres majestueux, des volières aux mille couleurs, et des animaux parfois venus d'ailleurs, un atelier de plantation d'arbres fruitiers, animé par Yvon Joseph était proposé. 
Pour Marie-Laure Troplent, Directrice du Jardin botanique de Deshaies, cette reprise était très attendue par les salariés et les visiteurs.
A tel point, que très rapidement, le site a été saturé, obligeant la direction à réguler les entrées. 
Visiteurs réouverture Jardin botanique
©Facebook/ Jardin botanique
Les visiteurs se sont conformés aux règles, heureux de découvrir ou redécouvrir ce lieu touristique très prisé. Car cette réouverture a été possible après la mise en place d'un protocole sanitaire à l'intérieur du Jardin, comme de nombreux lieux accueillant du public. Les équipes, ont également été formées aux gestes barrières.
 

Vers une reprise à 100%

Après plus de deux mois de fermeture, ce retour à l'activité était important pour la direction de la structure, qui espère que les visiteurs seront également au rendez-vous durant les grandes vacances. 
Pour l'heure, le restaurant de 100 couverts n'a pas encore rouvert. Marie-Laure Troplent préfère attendre de voir si la fréquentation est réellement au rendez-vous.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live